Peut-on donner son avis sur le conflit israélo-palestinien sans être mal compris par l’un ou l’autre camp ? En début de semaine, Javier Bardem et sa compagne Penelope Cruz signaient avec d’autres artistes et intellectuels une lettre ouverte, publiée dans les médias espagnols, afin de dénoncer "le génocide" commis par Israël dans la bande de Gaza. Dans ce texte, les signataires déploraient, entre autres, l'inertie de la communauté internationale alors que "Gaza vit l'horreur", que les "foyers palestiniens sont détruits", que les gens sont "privés d'eau, d'électricité". Et réclamaient "un cessez-le-feu immédiat".

Depuis la parution de ce texte, le couple le plus glamour du cinéma ibérique, serait la cible de nombreux internautes. A tel point que les époux ont estimé nécessaire de préciser leur pensée. "Si je me suis montré critique de la réponse militaire israélienne, j’ai le plus grand respect pour le peuple d’Israël et la plus profonde compassion pour ses pertes humaines", a ainsi déclaré Javier Bardem dans un communiqué, publié jeudi. "Je suis maintenant traité d’antisémite, tout comme ma femme, ce qui est l’antithèse de tout ce que nous sommes en tant qu’êtres humains".

Pas les premiers pris pour cibles

Mercredi, Penelope Cruz avait précédé son conjoint, elle aussi via un communiqué de presse. "Ma seule motivation en signant cette lettre est l’espoir d’une paix entre Israël et Gaza", assurait la star oscarisée de Vicky Cristina Barcelona. "J’ai l’espoir que les deux camps pourront se mettre d’accord pour un cessez-le-feu et qu’il n’y aura plus aucune victime, d’un côté comme de l’autre de la frontière".

L’actualité brûlante ne va hélas pas dans ce sens. Les deux comédiens espagnols ne sont pas les premiers à prendre position dans le conflit. Ni les seuls a être pris pour cibles par une partie des internautes, notamment du côté israélien. Il y a quelques jours, l'un des membres du boyband anglais One Direction, Zayn Malik, a été menacé de mort sur Twitter après avoir posté le hashtage #FreePalestine.