Lundi soir, Top Chef, sur M6, a commencé par une séquence solennelle : les candidats rencontrent Paul Bocuse, alias le pape de la cuisine, le chef du siècle. Et là, larmichettes et étoiles dans les yeux. "C'est énorme", s'enthousiasme Jean-Philippe. "C'est facile la cuisine : un bon produit, un bon assaisonnement et une bonne cuisson. Et surtout du plaisir", rappelle Paul Bocuse, 3 étoiles depuis 1965. Et pour l'occasion, les finalistes vont devoir inventer une recette gastronomique avec des produits typiquement lyonnais et préparer les traditionnelles quenelles de brochet sauce nantua.

Mauvais esprit et doigt d'honneur

Les trois hommes sont un peu perdus face aux quenelles. "Quoi qu'il arrive, il va falloir que je me surpasse", sourit Florent. Les écrevisses, vivantes, tentent de fuir partout dans la cuisine. "Je suis complètement perdu. Une quenelle de brochet, j'ai vu ça une fois dans un livre", s'inquiète Jean-Philippe, avant de presque mourir étouffé par l'odeur qui s'échappe du poisson. "J'ai la chance d'être une fille et d'analyser les choses avant, explique Naoëlle, confiante. Contrairement aux garçons, j'ai un cerveau." Et vlan. Yoni, lui, retrouve la recette : "J'ai des grammages qui viennent en tête, c'est fou !" Jean-Philippe s'épuise. "Je vais tomber dans les pommes en faisant une quenelle de poisson." "Moi j'avais une technique mais je vais pas te la dire", lance Naoëlle à Jean-Philippe, qui lui répond par un doigt d'honneur. "Avec elle, ça va être la guerre." Fini le gentil Belge. La vengeance vient vite, car Naoëlle s'est trompée de beurre et a pris le beurre salé. Résultat, son plat est trop salé.

De plus en plus, Naoëlle dévoile son assurance. Et son esprit de compétition acéré. Jean-Philippe ne lâche rien et tente des mélanges de saveurs. Yoni aide le Belge, alias "bichon". "J'ai jamais mangé de quenelles, dit Florent. On verra bien." Grégory Cuilleron, Tabata Bonardi et Alain LeCossec goûtent les quenelles. Le jury habituel goûte les plats. Personne n'obtient l'aval des deux jurys, donc tout le monde repart en compétition.

C'est la crise de foie

Pour la deuxième épreuve, le chef Eric Guérin impose aux candidats de cuisiner un menu à partir d'épluchures et de carcasses. C'est la crise, ne l'oublions pas. Même à Top Chef. Donc on recycle les pelures de patate, les trognons de pomme, les têtes de crevettes ou encore la carcasse de poulet. Entrée-plat-dessert en 1h45. Les candidats sont perplexes dans le garde-manger. Naoëlle et Jean-Philippe se la jouent solo, tandis que Yoni et Florent s'entraident. "Je travaille dans un palace, s'affole Naoëlle. Les épluchures, je les donne au lapin." Yoni, lui, est très clair : "Je sais pas ce que je fais. Enfin si, je sais. Mais en fait non, je sais pas." Naoëlle, qui ne se révèle pas sous son meilleur jour dans la compétition, pique maintenant des têtes d'écrevisse sur le plan de travail de Yoni alors qu'il a le dos tourné.

"Les 100 000 €, on commence à les sentir", déclare Florent. "Ça vient de mon cœur et c'est sorti tout seul", souffle Yoni. Tout comme pour l'épreuve lyonnaise, pour qu'un candidat soit qualifié pour la finale de Top Chef, il doit recevoir l'aval des deux jurys, Eric Guérin d'un côté et Thierry Marx et Ghislaine Arabian de l'autre. Cette dernière interrompt le verdict pour faire goûter à Jean-Philippe son œil de poisson. "C'est pas terrible, mais ça va, ronchonne le Belge. J'ai l'impression d'être à l'école, avec un bonnet d'âne." Au terme d'une cérémonie des couteaux, Florent l'emporte. "C'était complet, un menu très positif", pour Thierry Marx.

Troisième épreuve maintenant. Direction La Tour d'argent et son fameux canard. Les candidats doivent cuisiner chacun un thème : canard aux huîtres pour Naoëlle, canard au sang pour Yoni et canard à l'orange pour Jean-Philippe. "On attend qu'un auteur se révèle aujourd'hui", assène Jean-François Piège. "Je sens que ça va être du sport", sourit Jean-Philippe. En effet. "Je me dis, comment tu vas faire ? Je suis dans un moment d'ignorance, mais je ne veux pas baisser les bras", rappelle Yoni. Après dégustation, Naoëlle emporte les votes des chefs et se qualifie, en larmes, pour la finale de Top Chef. "Je me suis battue et aujourd'hui j'en suis là. Je sais que je n'ai pas un caractère facile et je remercie ma famille."

Yoni en larmes

C'est maintenant l'ultime dernière chance de Top Chef 2013. Yoni et Jean-Philippe s'affrontent autour d'un thon en deux cuissons, cuit et cru. Un produit qui ravi les deux cuisiniers. "Je mérite de gagner, parce que je me suis toujours battu dans ma vie. Je prends mon cœur et je le mets dans l'assiette", explique Yoni. "De tous les candidats, je suis celui au parcours le plus spécial. Je suis parti, je suis revenu, j'étais dernier… J'augmente en puissance au fur et à mesure, rappelle Jean-Philippe. C'est pas parce qu'on part outsider qu'on ne peut pas arriver en finale." Bien lui en a pris, car après dégustation, il l'emporte sur Yoni. Le Belge rejoint donc Florent et Naoëlle en finale. "Je suis en train de planer ! Je suis en finale !" Et laisse Yoni en larmes sur la quatrième place, la pire d'un concours.

"Vous avez une très jolie signature. Vous m'avez bluffé, lui déclare Thierry Marx. Vous avez la capacité de durer." "Top Chef, ça m'a sorti d'un coma de cuisine. Ça m'a remis dans le dur. Je suis un homme nouveau. Si j'arrive à avoir des larmes qui sortent, c'est que je ne suis plus le même homme. Je me suis fait énormément plaisir et j'ai appris beaucoup. J'ai été heureux de vous faire plaisir. En douze semaines, j'ai eu l'impression de vivre toute ma vie. Quand on ne le vit pas, on ne peut pas comprendre. Merci. Ça va me manquer."