>>> A nos lecteurs : cet article relate une information publiée à l'origine en 2007 dans le journal suédois The Local. L'article d'origine est à lire à cette adresse.

Longs cheveux noirs, tatouages, barbiche et bagues à chaque doigt : Roger Tullgren arbre toute la panoplie du métalleux. Ce Suédois de 42 ans est tombé dans le heavy metal à l'âge de deux ans, quand son frère a rapporté un album de Black Sabbath à la maison. Depuis, toute sa vie tourne autour de sa musique préférée. Et ce n'est pas qu'une façon de parler : sa passion l'empêche d'assurer un emploi à temps plein. Tullgren a assisté à 300 concerts l'an dernier. Il ne peut pas s'empêcher de s'habiller en noir, d'écouter du metal, ce qui lui vaut de se sentir discriminé.

Son employeur devra l'autoriser à écouter du metal

"Ça fait 10 ans que j'essaie de le faire reconnaître comme handicap", a déclaré Tullgren au quotidien suédois The Local, rapporté par le NME. Il a consulté plusieurs médecins pour confirmer qu'il était incapable d'assurer un emploi à temps plein. Trois psychologues ont finalement reconnu sa passion comme étant une véritable addiction et une solution a été trouvée, qu'on ne peut trouver que dans un pays ultra-libéral comme la Suède.

Tullgren percevra désormais une pension d'invalidité pour compléter son salaire de travailleur à mi-temps comme plongeur dans un restaurant. Il possède également un papier officiel qui l'autorise à s'habiller comme il le souhaite sur son lieu de travail, à partir plus tôt pour se rendre aux concerts et à écouter du heavy metal pendant qu'il lave la vaisselle... à condition que ce ne soit pas trop fort pour ne pas gêner les clients du restaurant.

A LIRE AUSSI
>> Les Deftones mitonnent le successeur de Koi No Yokan
>>
Periphery, Alaya... 5 groupes qui inventent le futur du metal