Thierry Olive a perdu le sourire. C'est un homme visiblement atteint, mais fier de lui, qui s'est présenté mercredi à 9h devant le tribunal de Coutances, dans la Manche. Rappelons qu'un agriculteur a déposé plainte auprès du service de la répression des fraudes, reprochant à l’éleveur de lui avoir vendu un veau au-dessus de son prix, en le trompant sur la qualité de la bête.

Après avoir été pris à partie par des badauds, présents devant le tribunal, le truculent Thierry se tourne vers les caméras qui l'attendaient. "Tous les agriculteurs de L'Amour est dans le pré, ils ont été contrôlés. Et aujourd'hui je suis le seul", lâche-t-il, un brin confus. "Hier soir j'ai eu Karine Le Marchand au téléphone, Monsieur Le Foll  [le ministre de l'Agriculture – ndlr]", révèle-t-il également. Peu importe la décision du tribunal : "Si ça me convient pas, je monte à Paris", rappelle-t-il à propos de sa menace d'entamer une grève de la faim et de s'enchainer à la Tour Eiffel.

"J'ai eu des montagnes de bonheur et des montagnes de malheur"

S'ensuit un plaidoyer au sujet de sa jeunesse difficile. "Je suis parti à 13 ans, le sac sur mon dos, pour gagner ma vie. J'ai travaillé jour et nuit. J'ai eu des montagnes de bonheur et des montagnes de malheur", ajoute-t-il à propos du décès de sa première épouse, avec laquelle il a eu une petite fille. "J'ai retrouvé le bonheur il y a un an", ajoute-t-il à propos d'Annie, la prétendante qu'il a épousé après l'émission de dating de M6.

Plus loin, il explique, photo à l'appui, qu'une de ses bêtes s'est classé 2e à un concours de vaches normandes, la semaine dernière. Séquence culte : son passage par le détecteur de métaux du tribunal. Alors qu'un assesseur lui demande de sortir son portefeuille, Thierry lâche : "De toute façon il y a pas d'argent, je suis un agriculteur en difficulté." Côté justice, on devra patienter pour connaître la suite de l'affaire. Le tribunal l'a renvoyé au 20 novembre.