Ai Weiwei s'en remettra. Mais quand même. Dimanche dernier, Maximo Caminero, un artiste né en République dominicaine, s'est emparé d'un vase millénaire, repeint par le dissident chinois, et l'a jeté au sol, un acte supposé "militant". Derrière l'oeuvre en question, qui faisait partie d'une installation, étaient en effet accrochés trois grands clichés montrant Ai Weiwei lâchant un autre vase de la dynastie Han.

Disant avoir été "provoqué" par les photographies d’Ai Weiwei, Maximo Caminero a expliqué avoir voulu l’imiter dans “un acte de protestation spontané”, commis au nom de "tous les artistes locaux de Miami qui ne sont jamais exposés dans les musées de la ville", selon le journal Miami New Times.

Il ignorait la valeur de l'oeuvre

"Quand j’ai reçu la nouvelle de l’incident, je n’y ai pas prêté beaucoup attention, car mes travaux sont très souvent détruits ou endommagés durant les expositions", a indiqué Ai Weiwei à l’AFP. "Mais j’ai ensuite appris qu’il s’agissait d’un artiste qui avait délibérément brisé mon vase... et les raisons qu’il nous donne ne me semblent pas justes. C’est en tout cas mon sentiment".

De son côté Maximo Caminero a confié au Miami New Times qu’il ignorait complètement, lorsqu’il a brisé le vase, que le prix de ce dernier était estimé à 1 million de dollars (730 000 euros). "Je ne savais pas du tout que cela valait un tel montant. Je me sens plutôt désolé, vous pouvez en être sûr", a-t-il souligné.