Attentats, Christiane Taubira, chômage... Manuel Valls s'est exprimé pendant plus d'une heure et demie samedi soir dans "On n'est pas couché". Alors que l'interview touchait à sa fin, Laurent Ruquier a demandé à un autre de ses invités, Jean d'Ormesson, ce qu'il pensait de la déchéance de la nationalité.

''Je crois que cette histoire de déchéance n'a aucun intérêt. Imaginez quelqu'un qui va faire un attentat, qui va donc accepter de mourir. Et il va se dire 'Oh je vais perdre ma nationalité'', a répondu l'écrivain qui était venu présenter son dernier roman autobiographique Je dirai malgré tout que cette vie fut belle.

Pour Jean d'Ormesson, Manuel Valls ''s'est droitisé''

''Monsieur le Premier ministre, vous avez un grand talent. Je me sens très proche de vous, mais quelques fois, je me demande s'il n'y a pas une ombre d'enfumage '', a poursuivi l'Académicien sous les applaudissements du public. Si cette réflexion a amusé Manuel Valls, le Premier ministre a très vite perdu son sourire.

''Vous voulez garder Madame Taubira parce que vous ne voulez pas vous couper de la gauche mais vous aimeriez bien vous rapprocher de la droite. Toute la France s'est droitisée, le Parti socialiste s'est droitisé, Hollande s'est droitisé et vous, je ne veux pas vous insulter, vous vous êtes droitisé'', a continué l'ancien patron du Figaro.

''Jean d'Ormesson, je vous connais, je vous adore et j'adore vous lire mais vous aussi vous succombez à la malice et aux petits commentaires. C'est un peu plus compliqué que ça'', a répondu Manuel Valls avant de se lancer dans un long développement sur le modèle proposé par la gauche.

A LIRE AUSSI

>> Vu de Twitter - Jérémy Ferrari clashe Manuel Valls dans "On n'est pas couché" et impressionne les twittos
>> Manuel Valls à ''ONPC'' : son passage en 7 phrases clés