Jean-Yves : Qu'est-ce qui vous a séduit dans le projet ?
Son ambition. C'est la première fois en France qu'une série est produite et pensée avec des moyens de cinéma. C'est la première fois également que Besson s'intéresse à la télévision. J'ai aussi beaucoup aimé le personnage, le ton de la série bourrée d'humour ainsi que son côté spectaculaire.

Lionel : Avez-vous rencontré Luc Besson, et quel a été son rôle sur la série ?
Luc Besson a produit et coécrit No Limit. Il y a mis son style et son savoir faire. Je l'ai rencontré avant le tournage pour parler du personnage. Ensuite, j'ai travaillé avec les metteurs en scène. Il ne s'est jamais mêlé du tournage. Mais quand il y a eu besoin de débloquer des moyens pour des décors, il a toujours été disponible. Avec lui c'est toujours très ambitieux. Ca m'a beaucoup plu.

Jérémy : C'est un rôle très physique. Comment vous êtes-vous préparé et avez-vous réalisé vous-même les cascades ?
Oui j'ai fait moi-même les cascades. J'ai travaillé avec Alain Figlarz, qui a pris en charge la chorégraphie des combats et la mise en scène des cascades. On a beaucoup répété les scènes combats pour que je puisse les faire moi-même. Je n'avais jamais fait ça avant et j'ai adoré ! Même si c'est très difficile car il faut jouer tout en pensant à ce qu'on doit faire. Au final, c'est très fun. Il y a un petit coté James Bond ! No Limit, c'est un peu les coulisses de la vie privée de l'agent 007 car on le voit avec son ex-femme et sa fille. Il y a aussi beaucoup d'humour dans la série.

Elise : Etiez-vous en concurrence avec d'autres comédiens pour le rôle principal ?
Pas à ma connaissance. On m'a juste envoyé le scénario d'une série d'action et Luc Besson m'a appelé pour savoir si j'étais libre. Je ne sais pas ce qui s'est passé dans leur tête pour me proposer ce rôle !

Josianne : Qu'est-ce que ça fait de se retrouver dans la peau du nouveau flic de TF1 ?
J'espère que ça ne va pas me mettre à la retraite du cinéma et que je ne vais pas faire que ça pendant 10 ans. Par contre je prends tellement plaisir à jouer dans cette série que je suis prêt à faire la saison 2, qui est d'ailleurs déjà en cours d'écriture. Comme ça, si la saison 1 fonctionne, ils sont prêts à dégainer rapidement la suite !

Lionel : Je vous avait beaucoup aimé dans L'Assaut. No Limit y ressemble un peu en terme d'action, avec une note d'humour en plus. Vous préférez jouer dans des comédies ou des films plus musclés ?
Moi ce que j'aime c'est le coté tragi-comique, comme dans les films de Tarantino, par exemple. No Limit, c'est du spectacle de très bonne qualité. C'est fun, sexy, marrant, touchant, émouvant. Et très bien fabriqué. Toutes les techniques que l'on voit dans la série sont réelles. La seule chose irréelle, c'est qu'un type les fasse tout seul ! Mais bon, les séries doivent faire rêver le public.

Lionel : Votre personnage est agent à la DGSE. Est-ce un métier que vous auriez aimé faire ?
Non, c'est beaucoup trop de sacrifice. Ces types là n'ont pas de vie.

Elise : Vous jouez également beaucoup au théâtre. Préférez-vous le cinéma ou la scène ?
J'ai une préférence pour le théâtre car c'est vraiment vivant. Chaque soir c'est une nouvelle aventure. On ne contrôle rien pendant une représentation, quelqu'un peut se mettre à crier dans la salle. C'est trippant de se dire que tout peut arriver. Comme dans la vie.

Jean-Yves : Préférez-vous tourner pour le cinéma ou la télévision ?
En terme de confort, c'est mieux au cinéma car on a plus de temps pour préparer son rôle. Là c'est allé très vite. C'est plus fatiguant et il y a plus de contraintes. Mais ça ne m'a pas empêché de prendre du plaisir, je me suis éclaté.

Josianne : Si, comme le héros, vous étiez atteint d'un cancer, pensez-vous que vous seriez aussi fort que lui et que vous continueriez à vous battre ?
Je ne sais pas comment je réagirai. Par rapport au personnage, je me suis dit qu'il avait besoin de partir "clean". Il veut se réconcilier avec lui même et avec son entourage. Il ne veut surtout pas laisser de mauvais souvenir en temps que père, mari ou frère. Moi, je ne sais pas si j'aurais les ressources intérieures pour surmonter la maladie. C'est difficile de le dire tant qu'on y est pas confronté. Serais-je capable de continuer à jouer tous les soirs au théâtre, comme j'ai vu certains comédiens faire ? Je ne sais pas.

Jérémy : Etes-vous, comme votre personnage, un papa cool ?
Je suis un père très protecteur qui n'aime pas trop parler de sa vie privée. Mais pour le moment ma fille n'a que 5 ans et demi, donc elle ne m'en fait pas encore voir de toutes les couleurs ! Mais pour moi, être parent c'est une fonction qu'il faut savoir occuper pleinement. Faire des enfants c'est facile, après il faut s'en occuper. Même si on n'aime pas ça, il faut le faire, sinon ça peut créer un manque. Moi en tous cas, c'est une fonction qui me plaît.

Lionel : Avez-vous aimé tourner à Marseille ?
Oui, c'est une très belle ville. La région est magnifique. Mais c'est aussi une drôle de ville car les Marseillais se vivent comme une nationalité. On dirait qu'ils habitent un pays qui s'appelle Marseille !

Josianne : Vous avez déjà une belle carrière. Si demain tout devait s'arrêter, que feriez-vous ?
Je le vivrais plutôt mal, je pense ! Mais je ferai avec. Il faudrait que je trouve autre chose qui me donne autant de plaisir. Peut-être l'écriture de scénario, car j'aime ça. Mais je n'ai jamais envisagé de faire autre chose qu'acteur. J'ai appris énormément de chose, durant toutes ces années. C'est un métier centré sur soi, mais on a besoin des autres pour le faire. Sinon ça ne fonctionne pas. Je continue toujours à me demander comment je peux améliorer mon jeu. Je prends encore des cours de théâtre. Depuis mes 14 ans je n'ai jamais arrêté.

Jérémy : Etes-vous fan de séries télé ?
J'en regarde beaucoup, oui. J'adore 24 h chrono, Sur écoute, Six Feet Under, Les Sopranos. En ce moment je suis sur Treme et Dexter. Avec No limit j'ai trouvé une fiction qui a les qualités d'une très bonne série de spectacle. J'aimerai bien un jour faire une série plus "littéraire." Certaines sont aussi riches qu'un bon bouquin, avec une écriture exigeante et des personnages complets. J'aime les séries qui nous réfléchir sur la vie.