Huit titres sortis des fonds de tiroir
Les morceaux qui forment le court tracklisting de ce deuxième album posthume ont été glanés dans les innombrables enregistrements du King of Pop. "Love never felt so good" en duo avec Justin Timberlake ouvre le disque. Disco et pop futuriste fusionnent dans une première partie de disque plutôt plate. Il décolle avec la reprise de "A Horse with no name" du groupe America. La polémique "Do You Know Where Your Children Are" qui suit opère un voyage dans le répertoire de MJ, convoquant la période Bad et les inflexions du dernier opus cosmique de Kid Cudi. Un tube en puissance.

Une opération marketing d'envergure
Le lancement de l'album accompagne la sortie du smartphone Sony Xperia Z2. Le morceau éponyme sera gracieusement offert avec le téléphone. Cela rappelle le battement mis en place pour Magna Carta Holy Grail de Jay Z, l'opus du rappeur sorti l'année dernière. De même, un peu à la manière des Daft Punk pour la sortie de Random Access Memories, les multiples collaborateurs d'Xscape s'expriment sur la chaîne Youtube du chanteur défunt dans des vidéos pour expliquer le processus créatif et "vendre" au mieux le projet.

La patte salvatrice de Timbaland
Parmi les producteurs sollicités pour le projet, on trouve le duo Stargate, Timbaland, mais pas Questlove du groupe The Roots, écarté au dernier moment, et Rodney Jenkins, entre autres. Ce dernier est à l'œuvre sur la chanson titre "Xscape" après l'avoir été sur Invicible, le dernier opus de Michael Jackson. On sent un grand respect dans la manière qu'a eu Timbaland de sertir les morceaux, qui rappelle inévitablement son travail pour Justin Timberlake, lui-même grand fan de Michael. Les puristes y trouveront à redire mais le tout s'avère efficace.

Est-ce bien raisonnable ?
L.A. Reid, le boss américain du label Jive Epic, assure dans la vidéo de présentation d'Xscape que Michael Jackson aurait apprécié le travail effectué sur cet album. On peut toujours faire parler les morts.  Pas sûr qu'il soit décent de continuer d'exploiter les œuvres de MJ, malgré l'amour que lui portent les fans.