Vos principaux concurrents (Orange, Neuf, Noos-Numericable) ont déjà commencé à commercialiser des offres en fibre optique. Comment avance votre projet ?
Le projet avance bien, mais il faut signaler que c’est un projet marathon, de long terme. Nous avons choisi de déployer massivement la fibre optique. Cela ne se fait pas en quelques jours, d’autant qu’à la différence de certains de nos concurrents, nous avons choisi de déployer la fibre jusqu’au domicile de l’utilisateur (ndlr, il est aussi possible de déployer la fibre « jusqu’à l’immeuble », puis de relier l’abonné au réseau par du cuivre, de l’ADSL).

Quand les premières offres commerciales seront-elles lancées ?

Nous présenterons nos premières offres dans le courant de l’été. A la rentrée, au plus tard, elles seront disponibles au grand public.

Sur quelle couverture ?
Nous commencerons sans doute par les grandes villes. Nous préférons rester discrets sur le déploiement pour le moment, même s’il est évident que nous serons présents à Paris dès le début.
Ensuite, cela avance bien pour Marseille, Montpellier, Valence, ainsi que certaines communes de la Manche, qui nous ont directement contactés. Quand une collectivité locale vient nous voir, cela peut aller très vite.

Ces villes seront-elles entièrement couvertes ?
Quand on décide de fibrer une ville, il n’y a pas d’exception. Il arrivera sans doute qu’il y ait des zones trop complexes à fibrer, des difficultés techniques, mais ce ne sera pas pour des raisons stratégiques.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ces offres ? Le tarif sera-t-il identique à celui de l’ADSL ?
On s’oriente vers des débits symétriques, avec 50 Megabits par seconde en réception et en émission. Ce que nous pouvons dire, c’est que le produit sera encore plus séduisant, mais pour un tarif qui ne bougera pas : 29,99 euros par mois.

Vous avez notamment annoncé un investissement d’un milliard d’euros d’ici 2012. Pourquoi avez-vous opté pour une politique clairement orientée vers la fibre ?
La fibre a tellement de qualités qu’on ne peut pas résister. La fibre, c’est un débit garanti d’au moins 50 Megabits par seconde dans les deux sens (ndlr, en téléchargement et en émission, lorsqu’on envoie des données) , sans perte de qualité, sans risque d’engorgement du réseau. Elle ne remplacera pas l’ADSL comme cela, d’autres technologies continueront d’exister : le Wimax, le CPL, etc. Il ne faut pas décevoir les gens : la fibre ne sera pas immédiatement accessible pour tout le monde. Mais il faut savoir qu'il n’y a pas mieux que la fibre en termes de qualité.

Quels sont les usages qui se développeront, selon vous, avec la fibre ?

Ce sont d’abord des améliorations des services existants. La réception de la télévision sera parfaite, par exemple. On pourra la regarder en numérique. . Il est encore difficile d’avoir une vision complète de ce qu’offrira la fibre demain, tellement les possibilités sont grandes.