Contre les émissions de CO2 des voitures, Toyota a investi dans la technologie hybride essence-électricité, Ford, Saab et Volvo ont misé sur les biocarburants, tandis que BMW et Honda développent la pile à combustible à hydrogène. Et si la solution du problème tenait dans une simple boîte ?

Trois chercheurs du Pays de Galles ont conçu un boîtier miracle capable de capturer les gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique, comme le dioxyde de carbone ou l'oxyde nitreux. Cette "Greenbox" s'installe en théorie à la place du pot d'échappement des voitures, mais aussi des autocars, des bus et des poids-lourds. Le dispositif peut également être utilisé dans l'industrie lourde et dans les centrales électriques.

Une fois capturé, le dioxyde de carbone "peut être transporté et et relaché dans un environnement contrôlé" a expliqué à l'agence Reuters, Ian Houston, ingénieur du trio. Le contenu est alors utilisé pour nourrir des algues génétiquement modifiées. Celles-ci peuvent ensuite être broyées pour produire des biocarburants utilisables par les voitures flexi-fuel.

Ils estiment que 400 hectares de culture d'algues seraient suffisants pour traiter l'ensemble des émissions produites par toutes les voitures de Grande-Bretagne.

Au cours des deux dernières années, les trois chercheurs ont testé la Greenbox à 130 reprises, avec un taux de capture situé entre 85 et 95%. Leur prochaine étape : réduire la taille du boîtier afin de le rendre compatible à tous les modèles de voitures particulières. Toyota et General Motors, les deux premiers producteurs de voitures au monde, pourraient être intéressés par cette invention.