Les écrans nuisent-ils au sommeil ?
Oui, mais il faut distinguer ceux qu’on regarde avec les yeux à seulement 30-50 cm, comme les tablettes numériques, les téléphones et les ordinateurs : ils sont trop près donc gênants. Ceux, comme les télés, qui sont plus éloignés, donc avec une intensité lumineuse moins forte, le sont moins.

Par quel mécanisme les écrans sont-ils nocifs ?
La luminosité a un impact éveillant et activant, via la rétine. La lumière bloque la sécrétion de mélatonine, une substance qui donne l’heure biologique à notre cerveau et notre corps. Elle nous synchronise avec l’alternance jour-nuit, qui est capitale. Une exposition aux écrans le soir retarde l’heure d’endormissement et décale nos rythmes naturels. Surtout que le temps passé devant l’écran empiète sur celui dévolu au sommeil.

Et puis, à l’excitation visuelle s’ajoute l’hyperstimulation comportementale : jeux vidéo violents, films à suspens, e-mails stressants, etc. Non seulement on a du mal à s’endormir mais, en plus, le sommeil est de moins bonne qualité, entrecoupé de nombreux réveils.

Quelles sont les précautions à prendre face à ces effets néfastes ?
D’abord baisser l’intensité lumineuse des écrans et regarder un DVD sur une télé plutôt qu’un ordinateur. Mais surtout, à partir d’une certaine heure le soir, éviter de s’en servir.

De plus en plus de gens se couchent avec leur tablette et les ados, qui ont pourtant besoin de beaucoup de sommeil, dorment trop souvent avec leur smartphone pour continuer à échanger des sms. Il faut arrêter toute activité sur écran une heure au moins avant de se coucher.