L'addiction à internet n'est pas à prendre à la légère, c'est pourquoi un hôpital américain vient d'inaugurer un programme spécialement dédié à ces troubles, en Pennsylvanie, une première dans le pays.

C'est le 9 septembre que le Bradford Regional Medical Center de Bradford, en Pennsylvanie, inaugurera son programme de désintoxication à internet de 10 jours pour les volontaires qui souffrent d'une grave addiction à la Toile. Même s'il existe déjà des programmes de "détox numérique" plus ou moins farfelus aux Etats-Unis, c'est la première fois qu'un hôpital propose ce service, pouvant ainsi recourir à une aide médicamenteuse pour se sevrer et évoquer des problèmes sous-jacents à l'addiction.

Internet comme une drogue

Des recherches ont déjà montré que l'expérience d'addiction à internet avait des points communs avec celle d'addiction à la drogue, avec des symptômes comparables de manque lorsqu'on s'arrêtait complètement du jour au lendemain.

Une étude parue en 2006, menée par la Stanford University's School of Medicine, a montré que près d'un Américain sur huit souffrait d'au moins un signe "d'utilisation problématique d'internet", comme par exemple l'impossibilité d'arrêter de regarder son téléphone ou son ordinateur pendant une période de temps donnée.

Au Japon, des colonies de vacances où on coupe tout

Des recherches menées à Harvard l'année dernière ont aussi montré que le fait de poster des messages et des statuts sur Facebook et d'autres réseaux sociaux déclenchait la production de dopamine, le même neurotransmetteur émis par le cerveau lorsqu'une personne prend de la cocaïne ou de la méthamphétamine. 

Pendant ce temps, au Japon, l'Etat a trouvé une solution pour ses 500.000 ados accros à internet, des colonies de vacances où aucun gadget connecté n'est toléré. Selon un article du Japan Times, le ministère de l'éducation prévoirait la mise en place de ces programmes l'année prochaine.