Les Français sont-ils devenus les champions des nouvelles technologies ?

Même si ces chiffres montrent qu'ils y sont très attachés, ils ne sont certainement les plus grands consommateurs de high-tech au monde. Par exemple les télévisions des Allemands sont en moyenne plus grandes et plus chères que les nôtres. Le taux d'équipement des Français en smartphones est loin d'être le plus important au monde, il est à peu près équivalent à celui des Anglais. On est désormais loin de l'idée de prestige et de statut social que pouvait procurer ces objets. Finalement les Français sont comme tout le monde et voient que le bénéfice de l'appareil technologique est enrichissant.

Par sa relation très personnelle avec l'utilisateur, le smartphone peut-il expliquer cet attachement ?

Il est en effet un objet très individuel dont les possesseurs ne peuvent plus se passer. Il provoque un attachement affectif pas très rationnel, comme pouvaient le faire une montre ou un stylo à d'autres époques. D'ailleurs une étude récente montrait que les utilisateurs de tablettes avait tendance à la partager au sein de leur foyer, quand le smartphone restait très personnel. De la même manière que la voiture, il tient autant de l'utile que du plaisir. Le consommateur doit donc désormais arbitrer entre ces deux notions.

La grande proportion des services dans ces dépenses est-elle étonnante ?

Effectivement, c'est un budget qui n'existait pas il y a encore quinze ans. Mais les abonnements sont devenus essentiels, sans eux plus rien ne fonctionne. L'évolution des modes de vie doit désormais tenir compte de ces dépenses annuelles obligatoires. Posséder des terminaux mobiles sans abonnement est devenu tout à fait inutile.