Et si finalement Neptune n’était pas la dernière planète de notre système solaire ? Des scientifiques américains affirment disposer de "preuves solides" sur l'existence d'une neuvième planète aux confins de notre système solaire. "Il n'y a eu jusqu'à présent que deux planètes découvertes dans notre système solaire depuis l'antiquité et ce serait dans ce cas la troisième, a déclaré Mike Brown, son découvreur.

La "planète 9", comme l'ont baptisée les astronomes de l'Université américaine Caltech, n'a pas encore été aperçue par nos télescopes. Et un certain nombre de questions autour de cette planète subsistent. Metronews a interrogé l'astrophysicienne Anne-Marie Lagrange pour en savoir plus sur cette étonnante découverte.

À LIRE AUSSI >> Des scientifiques découvrent une 9e planète aux confins du système solaire

Comment découvre-t-on une planète sans l'apercevoir ?
L'existence de cette planète, jusque-là encore inconnue de notre système solaire, a été calculée à partir de modèles informatiques et mathématiques. "Pour cela, les chercheurs étudient les propriétés des objets déjà connus, explique à metronews Anne-Marie Lagrange. Dans le cas présent, il s'agit de l'étude des orbites des objets de la ceinture de Kuiper."

"Au XIXe siècle, l'astronome Urbain Le Verrier avait découvert l'existence de Neptune à partir de calculs mathématiques complexes, en étudiant les particularités du mouvement d'Uranus", rappelle l'astrophysicienne. L'objet, qui évolue autour du soleil à une distance moyenne de 4,5 milliards de kilomètres, pourrait être détecté par un télescope d'ici deux ans.

Comment nomme-t-on une nouvelle planète ?
Les noms des ouragans sont aujourd'hui déterminés par un comité spécial au sein de l’Organisation météorologique mondiale. Mais qu'en est-il pour les planètes ? "Pour les planètes du système solaire, c'est historique, relève la chercheuse, membre de l'Académie des sciences. Depuis 1900, c'est l'Union astronomique internationale qui nomme les objets."

"L'organisme a établi des règles pour les planètes "mineures" (plus petites) en leur attribuant un numéro, puis en laissant le choix d'un nom au découvreur, poursuit Anne-Marie Lagrange. Ce dernier doit justifier le choix du nom et il sera soumis à un comité. Les découvreurs de Planète 9 ont donc le choix de son nom. Mais ils ne peuvent pas faire n'importe quoi. 

Pourquoi surnomme-t-on son découvreur le "tueur de Pluton" ?
C'est son découvreur lui-même, Mike Brown qui s'est attribué ce surnom dans un livre : "Pluto killer", le "tueur" de Pluton. "En 2006, en découvrant Eris, une planète naine plus massive, il a sorti Pluton du système solaire", explique Anne-Marie Lagrange.

Une 10e planète peut-elle exister dans notre système solaire ?
C'est tout à fait envisageable, d'après Anne-Marie Lagrange : "Si elle est loin, bien plus loin que ne le sont les planètes connues, elle peut très bien ne pas avoir été encore détectée."

C'est quoi au juste une planète géante gazeuse ?
À l'instar de Jupiter, elles sont au nombre de quatre dans le système solaire, jusqu'à maintenant. "Il s'agit d'une planète dont l'essentiel de la masse est sous forme de gaz, précise l’astrophysicienne. On considère que les planètes du système solaire possèdent néanmoins un noyau solide, mais tout le reste de la masse est sous forme de gaz."

Comment planète 9 serait-elle arrivée là ?
Il est fort possible qu'elle se soit formée prés d'autres planètes, avant d'être éjectée par ces dernières. "On a découvert beaucoup de systèmes avec des architectures très particulières, dont les planètes sont parfois très éloignées de leur étoile (plusieurs centaines de fois la distance entre la Terre et le Soleil) et sur des orbites très inclinées, précise notre experte. On pense donc que certaines d'entre elles ont été envoyées sur de telles orbites à la suite de leur éjection."

Est-il possible que Planète 9 n'apparaisse jamais dans l’œil d'un télescope ?
"Les planètes âgées de quelques milliards d’années sont très froides, relève l'astrophysicienne. Par conséquent, elles rayonnent donc très peu de lumière. Si elles sont près du Soleil, elles réfléchissent sa lumière et on peut les voir. Cependant, si elles sont loin, elles ne reçoivent que très peu de lumière du Soleil, il sera donc difficile de l'apercevoir."

À LIRE AUSSI
>>Voici la première fleur qui a poussé dans l'espace
>> Retrouvez toute nos actualités sur l'espace