140 caractères pour perdre des kilos. L'université de Caroline du Sud a suivi un groupe de personnes obèses qui entamait un programme pour perdre du poids. Elle a divisé le groupe en deux avec, d'un côté des individus actifs sur Twitter (et qui postaient des statuts relatifs à leur régime) et de l'autre non.

Si, au final, les deux groupes ont perdu le même poids à 3 et 6 mois de l'étude, les chercheurs ont constaté que les personnes qui tweetaient le plus avait perdu plus de kilos que les autres. Sans doute parce que ceux qui en parlent le plus (de leur poids, de leur régime...), y pensent plus souvent et donc sont plus assidus.

- 0,5 % du poids tous les 10 tweets

Publiée dans la revue Translational Behavioral Medicine, l'étude montre que, en moyenne, les personnes les plus actives sur Twitter perdaient 0,5 % de leur masse tous les dix tweets. Sur les 2.630 tweets analysés, 75 % étaient "informationnels" sur la perte de poids ("Je n'ai pas mangé de pâtisserie ce matin", "J'ai perdu XX kilos").

Cependant Brie Turner-McGrievy, chercheuse à l'université de Caroline du Sud, précise que, même en utilisant des comptes Twitter anonymes, certaines personnes se refusent à évoquer le nombre de kilos perdus. "Cela reste très délicat" d'en parler, reconnaît-elle.

Twitter comme "club minceur"

Mais l'idée d'utiliser Twitter - et les réseaux sociaux au sens large - comme une sorte de grand "club" pour parler de ses efforts pour perdre du poids aurait donc un impact positif. L'étude montre que cela a surtout un impact au début du programme.

64 % des tweets postés l'ont été pendant les trois premiers mois de l'enquête. Cependant, certains se sont vraiment prêtés au jeu. L'un deux a posté pas moins de 385 tweets en six mois dans le cadre de son régime.