Gérard Haas
Maître Gérard Haas Photo : DR

N'importe quelle entreprise a-t-elle le droit de revendre son fichier clients à n'importe qui ?
La revente d'un fichier clients est possible mais elle est encadrée par la loi. Pas plus tard que la semaine dernière, une décision rendue par la Cour de cassation a statué qu'on ne pouvait pas vendre de fichiers s'ils n'ont pas fait l'objet d'une déclaration à la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés). On peut cependant supposer que Virgin l'avait fait. Autre condition : il faut que le vendeur ait informé les personnes, au moment de la collecte des données, que ces dernières pouvaient être transmises à un partenaire. Si vous avez décliné cette clause, logiquement, vos données ne doivent pas être transmises.

Que se passe-t-il si on ne se souvient plus d'avoir accepté ou non cette option ou si on a tout simplement changé d'avis ?
Si vous souhaitez sortir d'un fichier, c'est votre droit absolu. A tout moment vous pouvez demander à ne plus y figurer. Concrètement, cela veut dire écrire à Virgin et à la Fnac pour leur demander de vous enlever de vos listings. Ils n'ont pas d'autre choix que de le faire. Il faut aussi savoir que si vous avez un doute sur un mail commercial reçu par une société, vous pouvez à tout moment demander comment et quand cette entreprise a fait pour collecter ces données. Elle est dans l'obligation de vous répondre selon l'article 39 de la loi Informatique et Libertés.

Quant à la vente du fichier Virgin contenant 1,6 mllion de personnes pour 54 000 euros à la Fnac, vous en pensez quoi ?
A 29 centimes d'euro le contact, celui qui a fait l'acquisition de ce fichier a fait une très très bonne affaire. Le prix payé n'est vraiment pas très élevé, surtout si le fichier est riche d'informations comme les goûts culturels des clients. Pour moi, la somme dépensée pour acquérir le fichier est le prix que la Fnac aurait payé pour faire une campagne promotionnelle en louant ce fichier. C'est donc vraiment peu cher. Et c'est aussi un signal envoyé aux entreprises en liquidation : alors qu'avant elles étaient revendues pour 1 euro symbolique, on s'aperçoit qu'en dépeçant les actifs et notamment le fichier clients, on peut récupérer beaucoup plus d'argent. Cela devrait encore plus inciter les sociétés à revendre leurs fichiers, ce qui est déjà courant en France.