Le 8 décembre, Lyon inaugurera une nouvelle gare : la halte ferroviaire Jean-Macé. “A une époque, on fermait les gares. Nous, on en ouvre une”, indiquait hier Jean-Jack Queyranne, lors de l’inauguration d’un nouveau centre de maintenance des TER à Vénissieux. “Cette gare permettra aux habitants du nord Isère, de Villefranche ou Mâcon, de gagner dix voire vingt minutes sur leur temps de parcours”, s’enthousiasme Gilles Cheval, directeur délégué des TER à la SNCF.

Une campagne de communication pour séduire de nouveaux clients sera lancée en novembre. Car cette halte est prévue pour accueillir les trains qui ont pour terminus Perrache. Les voyageurs qui travaillent dans le secteur du IIIe arrondissement, à la Guillotière ou à Gerland auront un accès facilité et une connexion à tous les modes de transports : tram T2, métro B, bus, Vélo’v, “Aucun train s’arrêtant à Jean-Macé ne pourra prendre la direction de Part-Dieu. C’est fait exprès pour ne pas engorger la première gare de Lyon, au bord de la saturation”, souligne Gilles Cheval.

Le chantier avance bien. Il manque encore les équipements intérieurs, la pose des ascenseurs et des escalators. Pour le confort des riverains, un mur antibruit va être construit le long de l’avenue Berthelot. Les annonces sonores ne seront utilisées qu’en cas de perturbations. La première année, 3 800 voyageurs par jour sont attendus , dont 1 800 nou­veaux clients. Avec l’objectif d’atteindre 6 600 voyageurs à l’horizon 2015.