Il est 14h. Les placiers du marché de Wazemmes viennent de donner le signal : la tente des Glaneurs peut accueillir les bénéficiaires qui se sont regroupés juste à côté. « On n’ouvre qu’à la fermeture officielle du marché, afin de ne pas entrer en concurrence » explique Jean-Loup Lemaire, bénévole et co-fondateur de la Tente des Glaneurs.

Aujourd’hui, 700 kg de fruits et légumes, ainsi que du pain et des viennoiseries, vont être distribués à une centaine de personnes ou de familles. Et tout se passe dans le calme, le respect et la bonne humeur. « On se présente comme un étal de marché. Cela permet de créer un lien solidaire et de redonner la dignité aux personnes qui auparavant fouillaient les containers. La détresse de glaner s’est transformée en partage, dans la joie ».

Au départ, l’idée a germé dans la tête d’un élu lors d’un conseil de quartier. Depuis le 19 décembre, chaque dimanche, une quinzaine de bénévoles arrive sur le marché vers 11h du matin. Une partie de l’équipe installe la tente rue Corneille, un peu à l’écart du marché, tandis que l’autre part chercher la marchandise – des produits non vendables mais encore consommables – auprès d’une vingtaine de commerçants fournisseurs solidaires.

« La démarche paraît évidente, mais il fallait avoir l’idée ! » lance la co-fondatrice Latifa Labbas. Si bien qu’aujourd’hui, d’autres quartiers lillois et d’autres villes de France contactent la Tente des Glaneurs, qui souhaiterait d’ici quelques temps évoluer en proposant des bons pour le volailler, le crémier ou le poissonnier.