Depuis le 1er mai 1988, le FN arpentait le pavé parisien couplant progressivement à l'hommage à Jeanne d'Arc (depuis 1979) une célébration des travailleurs français. Près de trois décennies plus tard, le parti modifie sa stratégie de communication pour gérer le "faux plat" de 2016 avant l'échéance majeure de 2017. Le traditionnel défilé sera ainsi remplacé par un "grand banquet national", qui devrait se tenir au Paris Event Center, porte de la Villette à Paris (19e arrondissement), a révélé Le Monde.

Le vice-président du parti, Florian Philippot, avait déjà annoncé le 4 mars un rassemblement le 1er mai au matin, "très probablement" autour de la statue de la Pucelle d'Orléans place des Pyramides à Paris. Pour le "grand banquet national" en région parisienne, le FN attend 2.000 à 3.000 convives, pas plus, selon des responsables frontistes, et un grand discours de conclusion de Marine Le Pen.

A LIRE AUSSI >> Le FN ne défilera plus le 1er mai, mais Jean-Marie Le Pen, si

Le défilé "improtégeable"

Pourquoi ce choix ? Le Front national met en avant des "menaces" sur la sécurité de l'événement dans les rues de Paris, alors que figure dans le dernier "Dar Al Islam", magazine de Daech en France, une photo prise lors d'une manifestation du 1er mai du FN avec la légende : "rassemblement d'idolâtres du FN. Des cibles de premier choix".  Le défilé est "improtégeable", selon Jean-Lin Lacapelle, numéro 4 du parti. Le FN a récemment évoqué le sujet avec le ministère de l'Intérieur. 

Mais d'autres y voient, selon le mot du Menhir, un "prétexte". Pour un haut dirigeant, "le volet défilé n'était pas le plus enthousiasmant pour les militants", pas plus que pour la direction du parti, échaudée après les péripéties de son 1er mai 2015 : Jean-Marie Le Pen s'était invité sur scène, les Femen à un balcon de la place de l'Opéra, et Bruno Gollnisch avait brandi son parapluie contre des journalistes de Canal+... 

A LIRE AUSSI >> Comment le 1er-Mai 2015 du FN s'est transformé en pétard mouillé