Alors que démarre la saison taurine en France et en Espagne, la Fédération des luttes pour l'abolition des corridas (Flac), qui revendique 250 000 adhérents fédérés, publie un manifeste pour empêcher l'inscription de la corrida au Patrimoine immatériel de l'Organisation des nations unies pour l’éducation (Unesco).

"Banalisation de la cruauté"
"Dans la charte de l'Unesco, il est évident que la pratique culturelle proposée doit être consensuelle et dénuée de toute polémique. Or, s'il existe bien une pratique controversée et passionnelle, il s'agit bien de la corrida, qui, de surcroît, banalise et exalte la cruauté. A fortiori en ce qui concerne les enfants », dénonce le texte.

Parmi les vingt-cinq membres du comité d'honneur qui appuient cet appel se trouvent des personnalités aussi diverses que Nicolas Hulot, candidat à la présidentielle, l'animateur Michel Drucker, la philosophe Elisabeth Badinter, le chanteur Francis Lalanne ou le biologiste Jean-Claude Nouët.

75 députés contre la corrida
Le manifeste est aussi soutenu par Geneviève Gaillard (PS) et Muriel Marland-Militello (UMP), coauteurs d'une proposition de loi pour l'abolition de la corrida en France, signée par 75 députés. C'est le troisième texte présenté sur le sujet depuis 2004, mais il n'a toujours pas été mis à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale.

L'article 521-1 du code pénal punit de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende tout acte de cruauté envers un animal domestique ou tenu en captivité, avec une exception pour les "courses de taureaux lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée".

66% des Français pour l'interdiction
"Depuis l'abolition de la corrida en Catalogne le 27 juillet dernier, les milieux taurins se sentent menacés et comptent sur l'inscription à l'Unesco, explique Thierry Hély, porte-parole de la Flac. Notre combat dénonce une barbarie légale et soutenue par une minorité." Une étude Ifop publiée en août 2010 montre que 66% des Français sont favorables à l'interdiction de la corrida, alors qu'ils n'étaient que 50% en septembre 2007.

En décembre 2009, l'Union des villes taurines françaises (UVTF) a entamé des démarches pour inscrire la culture taurine au patrimoine immatériel de l'humanité, au même titre que le tango argentin ou la gastronomie française. Une pétition en ligne contre cette initiative a rassemblé près de 15 000 signatures.

----

Le texte intégral du manifeste soutenu par les 25 membres du comité d'honneur de la Flac

"La FLAC-Fédération des Luttes pour l'Abolition  des Corridas- qui représente 250 000 adhérents fédérés et les 25 personnalités membres de son Comité d'Honneur, dénonce avec la plus grande fermeté, les velléités taurines à faire inscrire la corrida au Patrimoine Immatériel de l'Humanité.  
 
Dans la charte de l'UNESCO, il est évident que la pratique culturelle proposée doit être consensuelle et dénuée de toute polémique. Or, s'il existe bien une pratique controversée et passionnelle, il s'agit bien de la corrida, qui, de surcroît, banalise et exalte la cruauté. A fortiori en ce qui concerne les enfants. Ce qui est particulièrement choquant.
 
Pour contourner cette difficulté, les taurins mettent surtout en exergue les ferias,  sachant très bien que la corrida est bien présente lors de ces festivités... mais qu'elle n'en constitue ni la motivation ni l'essence principale. Un sondage de l'IFOP du 5 août 2010, révèle que les deux tiers des français, y compris dans le sud de la France, demandent l'interdiction de la corrida.  
 
Pour toutes ces raisons, conscients de l'inquiétude avérée du mundillo après l'abolition de la corrida en Catalogne espagnole, ce qui explique leur volonté farouche à vouloir l'inscrire au Patrimoine Immatériel de l'Humanité afin de la protéger, nous ne pouvons imaginer un instant que l'on puisse assimiler cette barbarie héritière des jeux du cirque, aux pratiques sauvegardées par l'UNESCO.
 
Ce serait une véritable honte pour le Patrimoine de l'Humanité.  C'est la raison pour laquelle, la FLAC alertera les médias et toutes les autorités compétentes." 

Jeanne AUGIER :  PDG et Propriétaire de l’Hôtel Négresco à Nice.

Elisabeth  BADINTER :  Philosophe et Ecrivaine.

Roland  BECHMANN :  Héros de la résistance et l’un des derniers survivants du Vercors.

Yolaine  de la BIGNE :  Directrice et Fondatrice de Néoplanète.

Allain  BOUGRAIN-DUBOURG :  Journaliste, producteur de télévision et Président de la LPO.

Gérard  CHAROLLOIS :  Magistrat écologiste et Président de la CVN.

Danielle  DARRIEUX :  Comédienne.

Mylène  DEMONGEOT :  Comédienne/Ecrivain.

Michel  DRUCKER :  Journaliste et Producteur de télévision.

Paulette  DUBOST :  Doyenne des comédiennes françaises.

Genéviève  GAILLARD : Député dépositaire d’une proposition de loi pour l’abolition de la corrida.Dr. vétérinaire.

Gisèle  HALIMI :  Avocate et Ecrivaine.

Nicolas  HULOT :  Président Fondateur de la Fondation Nicolas Hulot.

Reha HUTIN :  Présidente de la Fondation 30 millions d’amis.

Jean-Baptiste  JEANGENE VILMER :  Philosophe et Chercheur à l’ENS

Christian  LABORDE :  Ecrivain.

Francis  LALANNE :  Chanteur/Auteur/Compositeur.

Nicole  LOMBARD : Ecrivain.

Michel  LOMBARD : Editeur.

Gérard  LENORMAN :  Chanteur/Compositeur.

Muriel  MARLAND-MILITELLO : Députée et dépositaire d’une proposition de loi pour l’abolition de la corrida.

Jean-Claude  NOUET :  Biologiste et Professeur à la Faculté de médecine.

Henry-Jean  SERVAT :  Journaliste/Ecrivain.

Walter  SPANGHERO :  Ancien international de rugby.

STONE :  Chanteuse.

Philippe  VAL : Directeur de France Inter et ancien Directeur de Charlie Hebdo.