Au lendemain du nouveau drame qui s'est joué au large des côtes de l'île italienne de Lampedusa, le pape a dénoncé vendredi "l'indifférence à l'égard de ceux qui fuient l'esclavage, la faim pour trouver la liberté, et trouvent la mort comme hier à Lampedusa". En visite à Assise, ville du Saint dont le pape François a pris le nom, le Saint-Père a affirmé qu'"aujourd'hui est une journée de pleurs" après que plus de cent migrants originaires d'Erythrée et de Somalie ont péri dans le naufrage de leur navigation et qu'environ deux cents autres sont portés disparus.

Une tragédie à laquelle le souverain pontife se montre particulièrement sensible. En juillet dernier, c'est en effet à Lampedusa que Jorge Bergoglio avait réservé son premier déplacement hors de Rome, un peu plus de trois mois après son élection. A l'époque, 166 clandestins venaient d'être secourus par les garde-côtes italiens. Le pape s'était alors recueilli devant un monument érigé à la mémoire des victimes de naufrages. Il avait alors fustigé "l'indifférence" du monde au sort des migrants. "Nous avons perdu le sens de la responsabilité fraternelle", "la culture du bien-être nous rend insensibles aux cris d'autrui (...), aboutit à une globalisation de l'indifférence", avait-il affirmé. Jeudi, il a une nouvelle fois qualifié de "honte" le naufrage meurtrier qui vient d'avoir lieu.

"La mondanité, un cancer de la société"

Marqué du sceau du dépouillement, le pèlerinage à Assise s'inscrit dans l'idée de l'Eglise pauvre que le pape François veut incarner. Il a ainsi appelé vendredi les fidèles à suivre le modèle de Saint François en combattant "la mondanité, une lèpre, un cancer de la société, qui tue la personne, qui tue l'Eglise".

"Que cessent les conflits armés qui ensanglantent la terre, que se taisent les armes! Entendons le cri de ceux qui pleurent, souffrent et meurent à cause de la violence, du terrorisme ou de la guerre, en Terre Sainte, tant aimée de Saint-François, en Syrie, dans l'ensemble du Moyen-Orient, dans le monde", a également supplié le souverain pontife sur le parvis de la Basilique d'Assise.