La ville de Nantes était en proie à la stupeur ce jeudi. Alors que depuis le début du mois d’avril, un père de famille âgé de 50 ans, son épouse de 49 ans et leurs quatre enfants de 13, 16, 18 et 20 ans sont introuvables, les enquêteurs ont exhumé cinq corps, expliquait un communiqué du procureur de Nantes, Xavier Ronsin.

Pour les trois premiers corps, “il s’agit selon les premières constatations” de la mère, Agnès, et des deux fils aînés, Arthur et Thomas. Le quatrième corps, exhumé un peu plus tard, est celui de Anne, 16 ans. Le cinquième semble être celui de Benoît, 13 ans. “Leur identification et la détermination des causes de leur décès, vraisemblablement par arme à feu, ne pourront être formelles qu’à l’issue des autopsies” qui doivent se dérouler ce vendredi, précise le procureur.

Seul manque celui du père, Xavier. Celui-ci est activement recherché. Selon la chaîne BFM, la carte bleue du père aurait été utilisée ce jeudi dans le Var. “Tout est envisageable” selon une source proche de l’enquête.


Un épais mystère entoure l’affaire. Ce sont les voisins qui ont donné l’alerte. Depuis des jours, ils trouvaient volets et portes clos chez les Dupont de Ligonnès. A compter du 4 avril, plus de communications, plus de retraits d’argent, plus de voyages en train ou en avion. La police judiciaire et le parquet pensent donc à une disparition volontaire. D’autant que le ménage connaissait des difficultés financières.

Les courriers laissés par le couple vont crescendo dans le “délirant et le contradictoire”, selon le procureur. Une lettre indiquant “une mutation professionnelle urgente” en Australie a été adressée à la direction de l’école de deux des enfants.

Dans d’autres missives, le père se dit “agent secret pour le compte des Etats-Unis” obligé de témoigner dans un “important procès lié à la drogue”.

La famille vivait avec ses deux labradors, dans une maison à un étage en pierre grise située sur un grand boulevard de Nantes. Ce jeudi, un carton blanc scotché à l’emplacement de la boîte à lettres indiquait simplement : “Courriers à retourner à l’expéditeur. Merci.”