Son casque l'a protégé d'une mort certaine, mais pas d'un traumatisme crânien sévère qui soulève beaucoup de questions. Près d'une journée après sa chute en ski, l'ex pilote automobile Michael Schumacher se trouve "dans une situation critique" selon les médecins du CHU de Grenoble. Un traumatisme crânien, est un choc reçu à la tête au niveau du crâne, quelle que soit sa violence. Les cas bénins sont assez fréquents et n'entraînent qu'une douleur temporaire, un hématome ou une plaie.

Mais les traumatismes sévères, plus rares, donnent des lésions du cerveau qui apparaissent immédiatement. Un scanner peut révéler la présence d'une fracture, d'un hématome (amas de sang) et/ou d'un œdème cérébral (gonflement du cerveau à la suite d'une accumulation de liquide dans les tissus). Ils peuvent également être source de lésions "secondaires", qui se produisent de quelques heures à plusieurs mois après le traumatisme. Elles peuvent apparaître même lorsqu'il n'y a pas de fracture. C'est dans ce cas que se trouve le sportif.

Le cerveau directement touché

Car outre un hématome intracrânien qui a nécessité une opération, ce dernier souffre d'un œdème cérébral et de "lésions hémorragiques diffuses". "Son traumatisme crânien est grave car son cerveau est venu "taper" contre la boîte crânienne ce qui a provoqué des lésions qu'on ne peut évacuer chirurgicalement. Certaines, comme les hémorragies ne se sont pas manifestées tout de suite d'où le fait qu'il était encore conscient à l'arrivée des médecins", explique à metronews Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'hôtel-Dieu de Paris.

Dans ces cas-là, le pronostic est généralement lié à l'importance du choc et des lésions qui ont suivi. L'œdème cérébral est l'élément le plus inquiétant puisqu'il est source d'hypertension intracrânienne, lorsque la pression à l'intérieur du crâne augmente anormalement. Pour éviter que cette complication n'entraîne des lésions irréversibles, les médecins doivent alors diminuer cette pression en ouvrant un "volet" dans la boîte crânienne. Il existe par ailleurs des médicaments pour faire baisser cette pression.

"Il ne reste plus qu'à patienter"

Afin de limiter la consommation d'énergie de son cerveau, Michael Schumacher a été placé dans un coma artificiel et en hypothermie car le froid empêche l'aggravation des lésions. Une technique déjà largement utilisée pour traiter ce type de traumatisme. "Si la pression intracrânienne diminue, le coma est levé pour voir si le patient se réveille. Actuellement, les médecins ne peuvent pas se prononcer car il ne reste plus qu'à patienter. Aucun autre geste chirurgical ne peut aider", ajoute Gérald Kierzek.

Il faut ensuite attendre 48 heures, voire plus, avant de formuler un avis. Une partie des cas graves se remet sans trop de dommages, mais cette possibilité reste rare : Les traumatismes crâniens constituent  la première cause de mortalité chez les 15/25 ans ainsi que la principale cause de handicap sévère avant 45 ans. Les principales séquelles sont des troubles cognitifs (irritabilité, lenteur, troubles de la mémoire et de l'attention) et plus rarement des troubles moteurs (paralysie, perte d'équilibre) et des crises d'épilepsie. Une rééducation est possible mais elle est souvent longue et complexe.