Une erreur commise par un employé est-elle à l'origine du terrible accident qui a endeuillé l'Allemagne ce mardi ? C'est ce qu'affirmaient mardi soir plusieurs médias allemands, indiquant que la collision entre deux trains qui a fait dix morts et 81 blessés, en Allemagne, malgré l'existence d'un système automatique de freinage, était due à une "erreur humaine".

Un employé du poste d'aiguillage de Bad Aibling, ville thermale du sud du pays, aurait désactivé le système automatique de signalisation, affirme le réseau RedaktionsNetzwerk Deutschand (RND), qui regroupe 30 journaux régionaux, sur la foi de "sources proches de l'enquête".

Citant une "source sûre", l'agence allemande DPA assure elle aussi que l'accident est dû à une "erreur humaine", mais précise que la ou les personnes impliquées restent "pour l'instant" à déterminer. La direction régionale de la police s'est refusée à tout commentaire.

Signalisation désactivée

L'accident est survenu vers 7 heures locales (6 heures GMT) sur un tronçon à une voie de la ligne reliant Rosenheim à Holzkirchen, entre deux trains régionaux lancés l'un vers l'autre dans un virage. Le choc a fait dix morts, 18 blessés graves et 63 légers. Selon le ministre des Transports, Alexander Dobrindt, les pistes du "problème technique" ou d'une erreur humaine "sont à l'étude", mais la voie ferrée était "sécurisée par le système PZB 90" censé "forcer les trains au freinage" pour éviter toute collision.

EN SAVOIR + >> Accident de train en Allemagne : ce que l'on sait de la collision meurtrière

Mais d'après la RND, la signalisation automatique a été désactivée "pour laisser passer un train en retard", soit le premier convoi impliqué dans l'accident, qui s'est engagé sur cette voie unique et devait rallier un point où les rails se séparent de nouveau en deux voies. Or un deuxième train a été lancé manuellement sur la même voie en sens inverse, "bien que la signalisation habituelle soit au rouge", avant que le premier convoi n'ait atteint son but, affirme la RND.

Selon Markus Hecht, un spécialiste des transports ferroviaires interrogé par Bild, cette manœuvre "a pour effet de désactiver le freinage d'urgence" du système PZB 90, généralisé en Allemagne après un accident comparable en 2011.