Il est l'homme qui a provoqué la première mise en examen de Nicolas Sarkozy. A 52 ans, Jean-Michel Gentil instruit depuis deux ans le dossier Bettencourt, depuis son bureau sécurisé du palais de justice de Bordeaux. Avec Cécile Ramonatxo et Valérie Noël, les deux autres juges de l'affaire Bettencourt, il fait partie des "seigneurs de l'instruction" bordelaise, réputé pour sa pugnacité.

Silhouette fine, regard noir, physique passe-partout, Jean-Michel Gentil jouit au tribunal d'une image de professionnel "pas toujours très aimable", ayant un peu "pris la grosse tête". Un collègue évoque sa confrontation avec un "colérique, qui n'accepte pas très bien la contradiction" et se serait mis à "hurler dans les couloirs" après un désaccord.

Une réputation de magistrat austère

Après une licence de droit, Jean-Michel Gentil devient auditeur à l'Ecole nationale de la magistrature (ENM) en 1984. Classé 42e sur 243, il choisit l'instruction "plutôt que d'être juge pour enfants (...) afin d'être près de la mer, à Dunkerque, et de pouvoir naviguer", écrivait L'Express en 1998.

Nommé à Nanterre après sept années passées dans le Nord, Jean-Michel Gentil se fait connaître en s'attaquant aux réseaux de proxénétisme parisiens et sort de l'ombre en 1998 pour combattre la réforme de la justice d'Elisabeth Guigou, comme président de l'Association française des magistrats instructeurs (AFMI). "Il affirmait ses positions avec courage", dit son successeur, Jean-Claude Kross.

Avec son retour à l'instruction en 2005, à la JIRS, il hérite de dossiers médiatiques comme les affaires Terrasson, Baylet et Bettencourt. Nommé en 2004 à Bordeaux pour dix ans, le juge de l'affaire Bettencourt devra choisir un nouveau poste d'ici fin 2013. En 2012, il a postulé, sans succès, comme premier vice-président en charge de l'instruction au tribunal de Paris, et comme avocat général à la Cour d'appel de Paris. D'ici là, il ne ménage pas ses efforts dans l'affaire Bettencourt, comme le prouve la récente mise en examen de Nicolas Sarkozy dans ce tentaculaire dossier.