Décidément le téléphone est à l'origine de nombreux aveux. Après Jérôme Cahuzac, trahi par un message laissé involontairement sur un répondeur, c'est au tour de Patrick Devedjian, ancien ministre de Nicolas Sarkozy et député des Hauts-de-Seine de se faire piéger. Cette fois-ci par un canular du célèbre imitateur Gérald Dahan publié sur le site du Canard enchaîné ce lundi.

"C'est sûr" que l'argent de vient pas des tableaux

Dans un article publié la semaine dernière et intitulé "Guéant pris la main dans un pot de peinture", le journal satirique révélait qu'à la faveur de perquisitions chez l'ancien conseiller de Sarkozy, les enquêteurs ont découvert de surprenants transferts d'argent. Sur l'un de ses comptes, les magistrats ont découvert le versement d'un demi-million d'euros en provenance de l'étranger ainsi que des traces de "nombreux et conséquents" paiements en liquide. L'intéressé a assuré que les 500.000 euros correspondaient à la vente, en 2008, de deux tableaux d'un peintre hollandais. L'humoriste Gérald Dahan a donc voulu piéger Patrick Devedjian et Claude Guéant sur cette affaire. Il s'est fait passer pour le ministre Manuel Valls, rebaptisé pour l'occasion sur le site du journal "Emmanuel Valls".

Extrait de la conversation téléphonique entre le faux Manuel Valls et Patrick Devedjian

  • Gérald Dahan : Patrick Devedjian ? Manuel Valls. Bonjour, je ne te dérange pas ?
  • Patrick Devedjian : Je t'en prie.
  • Gérald Dahan :  Je me permets de t'appeler parce que j'ai certaines informations qui me sont remontées dans l'affaire Guéant.
  • Patrick Devedjian : O ui.
  • Gérald Dahan : J'en ai informé François Hollande.
  • Patrick Devedjian : O ui.
  • Gérald Dahan : Il est évidemment hors de question qu'une nouvelle affaire éclabousse la classe politique en ce moment. On cherche un solution pour essayer d'aider Guéant. As-tu des informations, un conseil, quelque chose …
  • Patrick Devedjian : C'est à dire, qu'est ce que tu peux faire ?
  • Gérald Dahan : On est au courant (de) d'où vient l'argent !
  • Patrick Devedjian : C'est à dire, qu'est ce qui va sortir ? Je sais pas moi, tu me …
  • Gérald Dahan : L'argent ne vient pas du tout des tableaux.
  • Patrick Devedjian : Oui, ça c'est sûr. Et qu'est ce que vous allez faire? Tu veux faire quoi avec lui. Ça va être rendu public ?
  • Gérald Dahan : Justement, je voudrais intervenir avant parce que c'est vraiment pas le moment.
  • Patrick Devedjian : Tu veux lui parler ? (…) Moi je veux bien lui parler, mais je ne sais pas ce qu'on peut faire non plus.
  • Gérald Dahan : Oui, tu l'appelles et tu le cuisines.
  • Patrick Devedjian : D'accord. Je vais l'appeler et je te rappelle.
  • Gérald Dahan : Ecoute, tu essaye de l'appeler et tu me rappelles ? Il faut qu'on trouve une solution pour effacer les preuves.
  • Patrick Devedjian : Ok

Gérald Dahan a aussi piégé Claude Guéant sans pouvoir le faire véritablement réagir. "Je suis très sensible à votre appel Monsieur le ministre, mais je ne sais pas comment faire", a répondu Claude Guéant à la question de l'imitateur qui lui demandait comment pouvait-on l'aider. Et lorsque le faux Manuel Valls déclare savoir d'où vient l'argent, Claude Guéant le coupe net: "J'ai bien entendu cela". Proximité entre dirigeants politiques, déclarations ambigües, c'est une blague qui risque de ne pas faire rire tout le monde.