La ville de Ferguson dans le Missouri retrouvait un semblant de retour à la normale mardi après une nouvelle nuit d'émeutes à caractère racial qui s'est soldée par six blessés par balle et 31 arrestations. Mais la situation pourrait à nouveau dégénérer après l'annonce par la police de la mort d'un second individu à Saint Louis, près de Ferguson, dix jours après celle de Michael Brown. 

Un Afro-Américain a en effet été tué mardi après-midi par la police de Saint-Louis au Missouri. La victime, un homme de 23 ans suspecté de vol, brandissait selon CNN un couteau vers les policiers. Une version corroborée par Sam Dotson, le chef de la Police, qui s'est exprimé via Twitter : "Nos agents ont reçu un appel pour un individu qui semblait agité et était armé d'un couteau. Il hurlait : "tuez-moi maintenant ".  "Les agents lui ont fait plusieurs sommations. Les agents ont eu peur pour leur sécurité et deux policiers ont fait usage de leur arme. Le suspect est décédé", a détaillé Sam Dotson sur Twitter. Selon les médias locaux, les forces de l'ordre auraient utilisé leurs armes alors que l'individu se serait approché. Aucun policier n'aurait été blessé.

Tensions raciales

L'annonce de ce décès pourrait provoquer un regain tension dans cette ville du centre des Etats-Unis, en proie à des émeutes depuis la mort le 9 août de Michael Brown. Un jeune Noir abattu par un policier blanc, symbolisant les tensions raciales qui persistent dans la société américaine. Après ce nouveau drame, quelques personnes se sont d'ailleurs rassemblées autour de la scène de crime délimitée par le ruban jaune de la police devant une épicerie de Saint-Louis en reprenant l'un des slogans des manifestants de Ferguson, "Les mains en l'air, ne tirez pas !".

Dans la matinée, le calme était néanmoins revenu à Ferguson, mais la présence policière était très importante dans le centre. Des volontaires nettoyaient les rues et effaçaient les traces des émeutes de la nuit. Les agents en tenue antiémeute, soutenus par un véhicule blindé et un hélicoptère, ont tiré des grenades de gaz lacrymogène pour obtenir la dispersion de la foule dans la nuit.

Lire aussi >> Meurtre de Michael Brown : l'affaire qui secoue les Etats-Unis en 5 questions