Alors qu'Edward Snowden est bloqué depuis maintenant treize jours dans la zone de transit de l'aéroport de Moscou-Cheremetievo, ses chances de repartir s'amenuisent. En effet, de nombreux pays se sont opposés à sa demande d'asile. Au total, cet ex-consultant de l'Agence de la sécurité américaine a fait une demande auprès de 27 pays selon une information de Wikileaks sur son compte Twitter vendredi. Six nouvelles demandes ont été répertoriées, s'ajoutant aux 21 déjà recensées mardi par le site fondé par Julien Assange. Wikileaks a toutefois précisé qu'il ne divulguerait pas "pour le moment" les noms des six pays qu'Edward Snowden a sollicités, "de crainte d'une tentative d'ingérence de la part des Etats-Unis".

CEUX QUI ONT REFUSÉ SA DEMANDE :

Allemagne : "Les conditions d'accueil ne sont pas réunies", se sont défendus les ministères allemands des Affaires étrangères et de l'Intérieur dans un bref communiqué commun. " L'Allemagne rejette la demande d'accueil de M. Snowden", a précisé le ministère des Affaires étrangères.

Brésil : un porte-parole du ministère brésilien des Affaires étrangères a indiqué à l'AFP que son pays n'allait "pas répondre" à la demande.

Espagne : la requête reçue n'est pas considérée comme valide car infondée juridiquement.

France : le ministère de l'Intérieur a annoncé jeudi dans un communiqué que "la France avait reçu, comme beaucoup d'autres pays, par l'intermédiaire de son ambassade à Moscou, une demande d'asile de M. Edward Snowden. Compte tenu des éléments d'analyse juridique et de la situation de l'intéressé, il n'y sera pas donné suite".

Inde : "Après examen, nous avons conclu qu'il n'y avait aucune raison d'accéder à la demande", a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère indien des Affaires étrangères, Syed Akbaruddin.

Islande : le pays qu'Edward Snowden considérait comme celui qui partageait le plus ses valeurs ne semble finalement pas enclin à l'accueillir, une décision que la chef du Parti Pirate, Birgitta Jonsdottir, a regretté sur son blog vendredi.

Italie : Les conditions pour accueillir Edward Snowden en Italie "ne sont pas réunies" tant sur les plans juridique que politique, a déclaré jeudi la ministre italienne des Affaires étrangères Emma Bonino.

Norvège : "Le Conseil norvégien de l'Immigration (UDI) a aujourd'hui reçu une demande d'asile d'Edward Joseph Snowden (...). La demande a été rejetée pour des raisons de forme", a annoncé l'UDI dans un communiqué. Selon la télévision publique NRK, une association a décidé d'utiliser son droit d'initiative et de faire appel de la décision.

Pays-Bas : le ministère de la Justice a reçu la demande d'Edward Snowden, mais a souligné qu'elle devrait être rejetée puisqu'il ne se trouvait pas aux Pays-Bas.

Pologne : le chef de la diplomatie polonaise Radoslaw Sikorski a déclaré sur Twitter que son pays rejetait la requête.

Russie : Edward Snowden aurait déposé une demande avant d'y renoncer, selon l'annonce mardi d'un porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Le président Vladimir Poutine a exigé de lui qu'il cesse ses révélations qui font "du tort" aux Etats-Unis.

CEUX QUI CULTIVENT LE FLOU :

Autriche : la ministre de l'Intérieur Johanna Mikl-Leitner a déclaré à la presse qu'Edward Snowden avait fait sa demande auprès de l'ambassade à Moscou.

Bolivie : prête à "aider" le jeune homme. "S'il y avait une demande, nous serions bien sûr prêts à en débattre et à prendre en considération cette idée", a déclaré le président bolivien Evo Morales à la chaîne de télévision anglophone russe Russia Today.

Chine : a refusé de confirmer avoir reçu une demande.

Cuba : aucun commentaire n'a pour le moment été fait.

Venezuela : le président Nicolas Maduro en déplacement en Russie a déclaré à des journalistes que son pays n'avait pas encore reçu de demande d'asile, mais a salué l'action du lanceur d'alerte. "Il n'a tué personne et n'a pas posé de bombe , a-t-il déclaré, cité par l'agence Interfax. Ce qu'il a fait, c'est dire une grande vérité afin d'empêcher des guerres. Il mérite une protection."

Equateur : les autorités équatoriennes ont déclaré qu'elles ne pouvaient statuer sur la demande d'asile politique de l'américain que si le requérant se trouvait sur le sol du pays. Le président Rafael Correa a affirmé, lundi, que la solution se trouvait "entre les mains des autorités russes".

Irlande : a refusé de confirmer avoir reçu une demande.

Finlande : une demande a été déposée auprès de la représentation de Finlande dans la capitale russe, mais elle ne pourra être examinée que si le requérant se trouve dans ce pays. Selon une porte-parole du ministère des Affaires étrangères, exception peut être faite si la personne se trouve dans son pays.

Nicaragua : aucun commentaire n'a pour le moment été fait.

Suisse : L'Office fédéral des migrations a indiqué vendredi qu'aucune demande d'asile ou de visa humanitaire n'avait été reçue à ce jour.