C'était un "bon élève" et il n'était "pas connu des services de police et de la justice". Lundi après-midi, le procureur de la République est revenu sur le profil de l'adolescent qui a agressé un professeur de 35 ans portant la kippa dans la matinée à Marseille devant la mairie du 9e arrondissement.

"De nationalité turque et d'origine kurde", le jeune homme âgé de 15 ans, qui ne "souffrait d'aucun antécédent psychiatrique", a agressé cet enseignant de l'Institut franco-hébraïque de la Source "avec une machette en raison de son appartenance religieuse, clairement exprimée par le port d'un costume traditionnel et d'une kippa", a détaillé Brice Robin au cours de sa conférence de presse, confirmant une attaque à "caractère antisémite" avec "une forme de préméditation".

A LIRE AUSSI
>> Après l'agression antisémite de Marseille, les juifs "incités" à enlever leur kippa
>> Enlever la kippa ? Le débat qui divise après l'agression antisémite à Marseille

"Au nom d'Allah et de Daech" 

Au moment de son interpellation, le jeune suspect a répété "avoir agi au nom d'Allah et de Daech", a poursuivi le procureur, précisant que cette revendication avait eu lieu au moment de son interpellation et non au moment de l'agression.

Selon le récit du suspect, il se serait radicalisé via Internet. Le parquet a également précisé que l'attaque s'était déroulée en deux temps : "il l'a d'abord agressé par derrière le blessant à l'épaule et au bras", puis a continué à asséner des coups de machette à sa victime alors qu'elle était au sol, "signe de sa détermination" à le tuer. "La machette était légèrement émoussée, ce qui a vraisemblablement sauvé la vie" de cet homme, a-t-il poursuivi.

Des passants, alertés par les cris de la victime, ont réussi à mettre l'adolescent en fuite avant son interpellation un peu plus tard. Outre la machette, le jeune homme était en possession d'un couteau "qu'il destinait aux policiers qu'il comptait agresser". Il a assuré au cours de son arrestation que "dès qu'il sortira, il s'armera d'une arme à feu pour tuer des policiers". Une enquête a été ouverte par le parquet de Marseille pour "tentative d’assassinat aggravé en raison de l'appartenance religieuse" et "apologie du terrorisme". La sous-direction anti-terroriste (Sdat) a également été saisie.

EN SAVOIR + >> Agression d'un professeur juif à Marseille : "II voulait le tuer"

A LIRE AUSSI >> A quoi pourrait ressembler la prochaine attaque majeure en France et en Europe ?