La quasi-totalité des suspects des violences de la nuit du Nouvel An à Cologne sont d'origine étrangère. Ce sont les autorités allemandes qui l'ont annoncé lundi. Le ministre de l'Intérieur de l'Etat régional de Rhénanie-du-Nord-Westphalie a évoqué des "personnes originaires d'Afrique du Nord et du monde arabe". 

1,1 million de demandeurs d'asile 

"En l'état actuel des investigations, il y a aussi parmi les suspects des réfugiés venus chez nous l'année dernière", a-t-il ajouté, alors que l'Allemagne a enregistré 1,1 million de demandeurs d'asile l'année dernière. Il a précisé que 14 des 19 suspects identifiés à ce jour étaient originaires du Maroc et d'Algérie. Quatre d'entre eux ont été placés en détention provisoire.

EN SAVOIR + >> Des dizaines de femmes agressées sexuellement la nuit du Nouvel An, le pays indigné

Plus de 500 plaintes ont été déposées depuis le 1er janvier, dont 40% pour agressions sexuelles. La police a été débordée par les évènements : au total, près d'un millier d'hommes d'origine arabe et d'Afrique du Nord se sont rassemblés la nuit de la Saint-Sylvestre devant la gare de Cologne. 

Des étrangers violemment agressés

Le ministre a cependant aussi mis en garde contre le "danger" de "stigmatiser" les étrangers à la lumière de ces évènements. "C'est ce que font les charognards de l'extrême droite, c'est leur seul argument", a-t-il martelé.

Ces déclarations interviennent aussi alors que dans la nuit de dimanche à lundi six Pakistanais et un Syrien ont été violemment agressés par des inconnus dans deux incidents séparés impliquant une vingtaine de personnes. La presse locale à Cologne parle d'une expédition menée par un groupe de gens cherchant à en découdre avec des étrangers.

57% des Allemands redoutent une hausse de la criminalité

Même si rien n'établit à ce jour la culpabilité de réfugiés, les événements de Cologne ont instillé un peu plus le doute dans l'opinion publique sur la capacité du pays à intégrer le million de demandeurs d'asile venus rien que l'an dernier de Syrie, d'Irak, d'Afghanistan ou d'Afrique du Nord. Quelque 57% des Allemands redoutent désormais une hausse de la criminalité.

Une manifestation contre les réfugiés et contre la chancelière est organisée ce lundi soir à Leipzig par la branche locale du mouvement islamophobe Pegida, après un rassemblement à Cologne au cours du week-end marqué par des heurts avec la police.

EN SAVOIR +
>> Après les agressions sexuelles à Cologne, le conseil malvenu de la maire Henriette Reker
>>
Violences à Cologne : nouvelles plaintes, les suspects sont des réfugiés