Belmokhtar et ses hommes se font de plus en plus menaçants. "In Amenas n’est que le début !", a prévenu lundi soir un porte-parole du groupe islamiste armé qui a perpétré la prise d'otages sanglante en Algérie. Le djihadiste, au cours d'un entretien par téléphone avec un collaborateur de Paris-Match, a en particulier mis en garde la France : "J’espère (qu'elle) se rend compte qu’il va y avoir des dizaines de Mohammed Merah et de Khaled Kelkal."

"À 90% un succès"

Ce bras droit de Mokhtar Belmokhtar, l'ancien "émir" d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), désormais à la tête des "Signataires par le sang", assure également que la France "des croisés et des Juifs sionistes paiera son agression contre les musulmans du nord Mali; mais pas seulement, ses valets aussi". Au cours des derniers jours, notamment dans une vidéo de Belmokhtar mise en ligne dimanche, le groupe islamiste a déjà menacé à plusieurs reprises de commettre de nouvelles attaques si la guerre au Mali menée par la France ne cessait pas.

Le porte-parole cité par Paris-Match, Joulaybib (l'hebdomadaire précise qu'il s'appelle en réalité Hacen Ould Khalil), affiche sa satisfaction après l'opération d'In Anémas. L'opération, au cours de laquelle un commando islamiste a tué 37 étrangers et un Algérien, a été "à 90% un succès, puisqu'on a pu atteindre un site stratégique protégé par 800 soldats, avec seulement 40 hommes", a-t-il assuré. Ce Mauritanien a par ailleurs soutenu que son groupe avait cherché à négocier avec les autorités française pendant l'opération, ce que ces dernières ont démenti. Paris aurait alors, d'après lui, renvoyé les preneurs d'otages vers les autorités algériennes, sur qui les djihadistes font porter la responsabilité de l'issue meurtrière.