Au pays de la gastronomie, on dépense chichement pour son alimentation. C'est le constat d'une enquête - "Le Sofinscope - Baromètre OpinionWay pour SOFINCO" - menée auprès de 1200 personnes entre les 6 et 7 mars. "Cette réduction du budget alimentation est une tendance de longue date, analyse Bruno Jeanbart, directeur général adjoint d'OpinionWay. Cela est lié à la baisse du coût de certains produits mais aussi à de nouvelles dépenses contraintes comme internet, les portables ou la hausse des loyers".

Ainsi, avec la crise, 61% des Français estiment trop encombrant le poste alimentation dans leur budget, soit 396 euros en moyenne chaque mois, selon les personnes interrogées. Une somme qui varient selon le niveau de vie. Les Français les plus aisés – plus de 3500 euros mensuels – déboursent 539 euros quand les plus modestes – moins de 1000 euros – se restreignent davantage, avec 222 euros.

Rien ne se perd

Et la majorité d’entre eux estiment qu’ils doivent toujours dépenser plus pour se nourrir. De fait, 71% ont le sentiment que, par rapport à l’an dernier, leur budget alimentation a augmenté. Ils cherchent coûte que coute à le réduire : ils sont ainsi 78% à déclarer que, dans le cadre de leurs courses alimentaires, ils prennent avant tout en compte le prix. Plus que la qualité gustative (46%) ou la date de péremption (44%). "La qualité compte moins car les Français ont le sentiment de pouvoir avoir de bons produits très peu chers. Et puis les crises sanitaire de ces dernières années ont fait que la population a moins se fie moins aux gages de qualité", explique Bruno Jeanbart.

Résultat, c'est une véritable stratégie qui se met en place où rien ne se perd. Ainsi, 87% des Français cuisinent toujours leurs restes et au moment des courses on ne perd pas le Nord en comparant toujours les produits selon les marques (85%), en privilégiant les coupons de réduction et les produits en promotion (81%). Grand gagnant de cette course à l'économie : la grande distribution. en effet, 87% des Français y font leurs courses. Tandis, que les sorties au restaurant se font beaucoup plus rares : 44% des Français interrogés déclarent que leur budget dédié aux restaurants est en baisse par rapport à l’an dernier, du fait de la crise.