La justice allemande se penche à partir de ce lundi sur le cas de Hubert Zafke, ex-infirmier d'Auschwitz âgé de 95 ans, en poste lors de l'arrivée du convoi d'Anne Frank. Il doit répondre de "complicité" dans l'extermination d'au moins 3.681 hommes, femmes et enfants juifs gazés dès leur arrivée dans le plus tristement célèbre des camps d'extermination nazis, entre le 15 août et 14 septembre 1944. L'accusation couvre 14 convois de déportés arrivés à Auschwitz en provenance de Lyon, Rhodes, Trieste, Mauthausen, Vienne et Westerbork.

Les débats devraient toutefois se focaliser d'abord sur la santé de l'accusé, fils de paysan engagé dans l'armée allemande à l'âge de 19 ans. En juin 2015, le tribunal avait en effet d'abord décidé de ne pas ouvrir le procès, des expertises ayant estimé que Zafke n'était pas en état de participer aux débats. Un avis invalidé en appel après qu'un nouvel expert a jugé qu'il disposait certes de "faibles capacités physiques et cognitives" mais n'était pas "totalement inapte". Lundi, la question devrait de nouveau être posée, par le président du tribunal lui-même, une attitude jugée suffisamment choquante pour que les parties civiles, comme -fait rarissime- le parquet, déposent une demande de récusation.

"Des stratégies employées dans les années 1960"

Le professeur de droit Cornelius Nestler, qui conseille des personnes souhaitant se porter parties civiles dans ce procès, regrette "une façon de faire qui rappelle les stratégies utilisées dans les procédures liées au national-socialisme dans les années 1960 et 70". A l'époque, on permettait "clairement aux prévenus d'éviter une poursuite justifiée en raison d'une prétendue incapacité à comparaître", a-t-il expliqué dans un mémoire soutenant la récusation.

Une douzaine de procédures similaires contre d'anciens SS de l'armée du 3e Reich ont cours actuellement en Allemagne, illustrant la volonté du pays de juger "jusqu'au dernier" les criminels de la Seconde Guerre mondiale, après des décennies d'un bilan judiciaire très décrié, marqué par de rares et faibles condamnations.

À LIRE AUSSI >> Un train d'or nazi découvert en Pologne