Pour résorber en partie le déficit de la Sécurité sociale, le gouvernement veut s'attaquer à celui des allocations familiales. Rapporteur du budget de la Sécurité sociale à l'Assemblée nationale, le député PS Gérard Bapt sera chargé de faire voter à l'automne une loi sur le sujet. Dans une interview donnée lundi aux Echos, il propose deux mesures d'économie applicables "au-delà d'un certain niveau de revenus" : d'une part, "diviser par deux les allocations familiales", d'autre part "supprimer le complément mode de garde", qui permet de payer une assistante maternelle.

Et pour définir quels foyers seraient touchés par ces coups de rabot, le député de Haute-Garonne propose de reprendre les plafonds de l'allocation de base de la prestation du jeune enfant (Paje). Soit 52.978 euros par an pour un couple avec deux enfants, et 61.335 euros pour une famille avec trois enfants. Rapportés au mois, ces plafonds équivalent à un salaire oscillant entre 4.400 et 5.000 euros par couple.

"20% de ménages les plus aisés"

Mises bout à bout, ces deux mesures permettraient selon Gérard Bapt d'économiser 3 milliards d'euros par an. Soit plus que les besoins estimés par le Haut conseil de la famille (2,2 milliards d'euros) pour faire revenir la branche famille de la Sécurité sociale à l'équilibre en 2016. Une autre solution possible, la fiscalisation des allocations, a été écartée lundi par la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, qui s'y est dite personnellement défavorable.

Si les propositions de Gérard Bapt sont adoptées, le montant des allocations familiales ne serait donc plus universel. Mais l'effort, insiste le député, serait concentré sur "11% des familles bénéficiaires", qui se situent selon lui "parmi les 20% de ménages les plus aisés". "Nous pensons que les citoyens sont prêts à admettre une modulation en fonction des revenus", veut-il croire. Les deux tiers des Français (66%) se disent en effet favorables à l'idée de réduire ou de supprimer les allocations familiales au-delà d'un certain niveau de revenu, montrait dimanche un sondage Ifop pour le JDD. Pas sûr cependant qu'autant y souscrivent en découvrant les plafonds évoqués.