Anders Behring Breivik joue une nouvelle fois la carte de la provocation. L'assassin d'extrême droite, qui a tué 77 personnes en Norvège en 2011, a fait un salut nazi, mardi, à son arrivée dans un gymnase de la prison de Skien (sud). C’est là où doit se dérouler le procès qu'il a intenté contre l'État sur ses conditions de détention.

Crâne totalement rasé, en costume sombre, chemise blanche et cravate dorée, Breivik est entré dans le prétoire, s'est tourné après quelques instants vers la presse, puis a tendu le bras droit, sans prononcer un mot. Ce faisant, il effectue une variante du salut nazi qu'il avait fait à plusieurs reprises pendant son propre procès en 2012 : il avait alors porté son poing droit sur le cœur, puis avait tendu le bras. Il faut dire que, dans une lettre envoyée le 27 octobre 2014, il avait annoncé son "allégeance au national-socialisme". L'extrémiste aujourd'hui âgé de 37 ans, se disait jusqu'alors "militant nationaliste".

A LIRE AUSSI >> Anders Breivik menace de "se laisser mourir" s'il n'est pas mieux traité

"Droit au respect de sa vie privée"

Breivik accuse aujourd'hui l'État d'enfreindre deux dispositions de la convention européenne des droits de l'Homme, l'une interdisant les traitements "inhumains" ou "dégradants" et l'autre garantissant le "droit au respect de sa vie privée (...) et de sa correspondance".

Le 22 juillet 2011, il avait tué 77 personnes, huit en faisant exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo et 69, des adolescents pour la plupart, en ouvrant le feu sur un camp d'été de la Jeunesse travailliste sur l'île d'Utøya. Il a été condamné en 2012 à 21 ans de prison, peine susceptible d'être prolongée s'il reste considéré comme dangereux.

A LIRE AUSSI >> Norvège : le tueur de masse Anders Breivik s’est inscrit à l'université