Aller "jusqu'au bout" pour éclaircir les circonstances de cette mort. C'est ce qu'a promis le père d'Abdelrazak, le garçon de huit ans décédé mercredi dans une colonie de vacances des Pyrénées ariégeoises. "J'ai confié mon fils unique et je reviens avec un cercueil, ce n’est pas normal, ce n’est pas normal", a-t-il dénoncé. La famille, originaire de la région parisienne, a porté plainte pour "homicide involontaire et non assistance à personne en danger".

Parallèlement à cette plainte, le maire (UMP) de Villeneuve-le-Roi, Didier Gonzales, d'où était originaire l'enfant décédé, a de son côté annoncé que la commune allait "se porter partie civile pour avoir accès au dossier et déposer plainte contre X". "Le préjudice est très fort pour notre ville. Nous avions acheté un service et l'on se retrouve avec un mort, des enfants hospitalisés et d'autres qui ont dû être rapatriés en urgence à nos frais", a souligné l'édile.

La faute à une eau non potable ?

Deux enquêtes ont d'ores et déjà été ouvertes pour tenter d'expliquer les raisons du décès à l'occasion de ce séjour au centre de vacances Le Saint-Bernard d'Ascou. Une enquête judiciaire, d'abord, avec une première autopsie qui n'a par exemple pas révélé "de vulnérabilité digestive particulière préexistante chez cet enfant". Une enquête administrative ensuite, pour permettre d'analyser les aliments et l'eau servis aux enfants.

Les autorités avaient en effet évoqué dans un premier temps la piste de "l'ingestion d'une eau non potable" mais le ministère de la Santé a dit vendredi ne privilégier pour l'heure "aucune hypothèse". "Des investigations épidémiologiques et environnementales sont en cours pour déterminer l'origine de la contamination et préciser les causes du décès" mais "à ce stade, aucune hypothèse n'est privilégiée".

Le petit garçon séjournait depuis deux jours dans cette colonie de vacances à 1.500 m d'altitude, lorsqu'il a été pris de "diarrhées importantes" et a été transporté mercredi matin au Centre hospitalier du Val d'Ariège, près de Foix, à une cinquantaine de kilomètres. Il est mort quelques heures plus tard. Pour l'heure, le centre de vacances a été fermé jusqu'à nouvel ordre sur ordre de la préfecture et les derniers enfants sont rentrés vendredi soir à Paris.

Le témoignage du père d'Abdelrazak, décédé mercredi à l'âge de huit ans :