Elle voulait se faire justice à la manière des fantassins médiévaux. Une femme de 28 ans prévoyait de tuer 25 personnes avec un fléau et un poignard napoléonien, aux alentours de Vitrolles (Bouches-du-Rhône). Souffrant de troubles psychiatriques, elle a été arrêtée mercredi, deux jours après avoir frappé une adolescente devant son domicile, dans cette même localité de la banlieue de Marseille.

"Toutes les pensées de ces personnes lui arrivaient dans la tête"

Pour parvenir à ses fins, la femme, domiciliée à Gignac-la-Nerthe, avait subtilisé l'objet à son père, collectionneur. Armée de la boule hérissée de clous, reliée à un manche par une chaîne en métal, elle a donc attaqué la collégienne, sans réussir à la tuer puisque son fléau, moins lourd qu'un original, s'est cassé. La victime était la première d'une liste de 25 personnes retrouvée à son domicile par son père, toutes en rapport avec un centre de tri postal de la région où la femme avait travaillé comme manutentionnaire avant d'être licenciée un an plus tôt.

La belliqueuse souffrait déjà de troubles psychiatriques. Alors à sa disparition, son père, inquiet, a prévenu le commissariat de Marignane. Aussitôt recherchée, la suspecte a été rapidement arrêtée par le commissariat de Vitrolles, après avoir déjà frappé l'adolescente. Examinée par un expert, elle est considérée comme "très dangereuse" et a été hospitalisée d'office. Pour expliquer son geste, elle a dit que "toutes les pensées des personnes de la liste lui arrivaient dans la tête et que le seul moyen de s'en débarrasser était de les tuer". Une information judiciaire a été ouverte. L'arme n'a pour sa part pas encore été retrouvée.