Etat d'urgence en Corse. Manuel Valls et Christiane Taubira sont arrivés cette nuit à Ajaccio, répondant à l'injonction du Premier ministre Jean-Marc Ayrault de s'y rendre "sans délai". L'agenda des deux ministres, initialement prévus sur l'île de Beauté dans deux semaines, a été bouleversé par l'assassinat mercredi soir du président de la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) de Corse-du-Sud, Jacques Nacer. Il est la dix-septième personne tuée par balle depuis le début de l'année en Corse, désormais qualifiée de zone la plus criminogène d'Europe, compte tenu de sa population de 310.000 habitants.

"Il faut chercher les causes mêmes de cette tuerie qui concerne un certain nombre de personnalités, a réagi François Hollande mercredi soir. Nous devons, avec la justice, faire toute la lumière et chercher les coupables. Il y a des actions engagées, c'est ce que le gouvernement a décidé il y a plusieurs semaines". Matignon avait annoncé le 22 octobre une série de mesures pour tenter de contrôler les circuits mafieux sur l'île de Beauté quelques jours après l'assassinat de l'ancien bâtonnier d'Ajaccio et avocat de l'Athletic Club Ajaccio (AJA), Antoine Sollacaro. Le ministre de l'Intérieur et la Garde des Sceaux avaient alors dénoncé l'"affairisme", la "mafia", et le "grand banditisme" qui règnent en Corse.

"Territoire gangréné"

Le président de l'Assemblée de Corse, Dominique Bucchini, a appelé ce jeudi sur France Info le gouvernement à agir. "Je pense que l'Etat doit s'attaquer une fois pour toutes - dans le passé ça n'a malheureusement pas été le cas - aux racines du mal : le fric", a-t-il jugé. Le candidat à la présidence de l'UMP Jean-François Copé a déclaré sur France 2 qu'il refusait d'incriminer le pouvoir de gauche appelant dans ce dossier à l'unité nationale. "Il est grand temps maintenant de mettre des vrais moyens dans ce territoire magnifique qu'est la Corse et qui est aujourd'hui totalement gangrené, a-t-il dit. Il est temps maintenant d'aller au combat contre ces criminels, et le gouvernement doit savoir sur ce point que je serai à ses côtés". Manuel Valls et Christiane Taubira doivent s'exprimer en fin de matinée à la préfecture d'Ajaccio. Le président des CCI de France, André Marcon, a de son côté condamné "avec vigueur cet acte odieux et barbare".

Jacques Nacer a été tué vers 19h00, mercredi, alors qu'il 'apprêtait à fermer son magasin de vêtements de la rue Fesch, une artère piétonnière et très commerçante du centre-ville. Il a été exécuté par un homme seul, "cagoulé ou masqué", avait indiqué dans la soirée, le procureur de la République, Xavier Bonhomme. Jacques Nacer, 59 ans, était également secrétaire général du club de l'ACA, présidé par l'ancien dirigeant nationaliste Alain Orsoni.