C’est l'épilogue d'un procès qui a révélé au grand jour les rivalités féroces minant l'un des plus prestigieux théâtre au monde. Après plus d'un mois et demi d'audiences, la justice russe a finalement condamné mardi à six ans de camp le danseur Pavel Dmitritchenko, accusé d'être l'instigateur de l'attaque a l'acide qui a grièvement blessé, en janvier, le directeur artistique du Bolchoï.

La juge a également condamné l'exécutant, Iouri Zaroutski, à dix ans de détention, et le chauffeur qui l'a mené sur les lieux de l'attaque, Andreï Lipatov, à quatre ans. Le soliste et le chauffeur purgeront leur peine dans un camp « à régime sévère » tandis que l'exécutant, lui, sera détenu dans un camp « spécial », encore plus strict.

La préméditation retenue


Pour la juge qui a prononcé la sentence, près d'un an après le drame, le déroulé des faits est clair : il y avait préméditation. Pavel Dmitritchenko,
"mécontent du travail de Filine en matière de répartition des rôles et des primes des artistes", a élaboré un véritable "plan criminel", a-t-elle fait valoir au moment de l'énoncé des peines. Pendant le procès, le danseur a pourtant rejeté cette accusation de préméditation, tout en admettant avoir demandé que le directeur soit roué de coups.

L'avocat du danseur star du Bolchoï – notamment connu pour son interprétation d'Ivan le Terrible – a jugé cette condamnation « injuste », annonçant dans la foulée son intention de faire appel. De son côté, l'avocate de la victime semblait plutôt satisfaite à la sortie du tribunal moscovite. Elle a annoncé son intention de s'entretenir dans la soirée avec son client, Sergueï Filine, qui se trouve actuellement en Allemagne pour y subir une nouvelle opération des yeux, liée à cette attaque à l'acide. Depuis son agression, Sergueï Filine garde en effet d'importes séquelles physiques.