Trois nouveaux suspects dans l'enquête sur l'attentat de Boston qui a fait 3 morts et plus de 260 blessés, le 15 avril. Dias Kadyrbayev et Azamat Tazhayakov, originaires du Kazakhstan, et Robel Phillipos, Américain, tous trois âgés de 19 ans et amis de Djokhar Tsarnaev, ont été présentés devant un juge fédéral de Boston. Deux d'entre eux sont accusés d'entrave à la justice, a annoncé mercredi le procureur de Boston. Le troisième est suspecté de faux témoignage.

Un sac à dos rempli de poudre

Le 18 avril au soir, après que le FBI a rendu publiques des photos des frères Tsarnaev, soupçonnés du double attentat du marathon, les trois jeunes gens s'étaient rendus dans la chambre de Djokhar, sur le campus de l'université du Massachusetts. Le terroriste est absent mais les trois étudiants découvrent un sac à dos contenant des feux d'artifices vidés de leur poudre. Pour "éviter des ennuis" à leur ami, ils emportent le sac et son ordinateur.

Selon le document d'accusation, les trois jeunes hommes ignoraient tout des projets des deux frères d'origine tchétchènes et c'est de retour chez eux, en voyant apparaître la photo de leurs amis à la télévision qu'ils auraient paniqué et décidé de se débarrasser du sac.

Leurs avocats réaffirment leur innocence

Mercredi, leurs avocats ont affirmé leur innocence pour tenter de leur éviter cinq ans de prison. Dias Kadyrbayev et Azamat Tazhayakov doivent comparaître à nouveau le 14 mai. Robel Phillipos, accusé de faux témoignages pour avoir nié s'être rendu chez Djokhar Tsarnaev, doit être à nouveau présenté devant le juge le 6 mai.

Transporté à l'hôpital de Boston en raison d'importantes blessures, Djokhar Tsarnaev a été interrogé, d'abord par écrit, par les enquêteurs. Mais il aurait arrêté de parler au bout de 60 heures d'interrogatoire, après qu'on lui eut lu ses droits l'autorisant à garder le silence. Par ailleurs, de l'ADN féminin retrouvé sur l'une des bombes a placé le FBI sur la piste d'une éventuelle complicité de l'épouse du grand frère, mort dans des échanges
avec la police.

>>  Notre dossier sur les attentats de Boston