Gravement blessé, Djokhar Tsarnaev s'était réfugié dans un bateau lors de la traque qui a mené à son arrestation le 19 avril. Pensant sûrement mourir comme son frère quelques heures plus tôt, le suspect de l'attentat du marathon de Boston a laissé sur la paroi du navire un message au stylo.

"Quand vous attaquez un musulman, vous vous en prenez à tous les musulmans", affirme ce message, selon la chaîne américaine CBS. Tout comme les musulmans tombés au cours d'attaques militaires américaines en Afghanistan et en Irak, les victimes de l'attentat (3 morts et plus de 260 blessés) sont des "dommages collatéraux", écrit encore le jeune homme d'origine tchétchène. A propos de son frère aîné, tué dans une fusillade avec la police, Djokhar affirme qu'il est un "martyr" désormais au paradis, où il compte le rejoindre.

Pour Djokhar Tsarnaev, son frère est un "martyr"

Ces quelques lignes vont dans le même sens que les propos tenus par Djokhar à l'hôpital lorsqu'il était interrogé par les enquêteurs. Un ancien rebelle tchétchène vivant aux Etats-Unis, qui a raconté jeudi à la radio Voice of America avoir rencontré à plusieurs reprises le frère aîné des Tsarnaev, a en revanche affirmé que celui-ci n'avait jamais évoqué sa conversion à l'islam.

Quoi qu'il en soit, ces écrits constituent pour l'accusation une preuve supplémentaire de l'implication de l'étudiant de 19 ans dans l'attentat. Accusé d'utilisation d'arme de destruction massive, Djokhar Tsarnaev encourt la peine de mort.