L'acte d'accusation court sur 74 pages. Deux mois et demi après le double attentat qui avait endeuillé Boston, le jeune Djokhar Tsarnaev, 19 ans y est formellement l'objet de 30 chefs d'accusation, dont 17 passibles de la peine de mort. Il y est notamment question d'utilisation d'arme de destruction massive ayant entraîné la mort, d'attentat dans un espace public, et d'utilisation d'une arme à feu.

Tsarnaev, musulman d'origine tchétchène naturalisé Américain en 2012, est accusé de la mort des trois personnes tuées par l'explosion de deux bombes artisanales déposées près de la ligne d'arrivée du célèbre marathon le 15 avril. La mort d'un policier, Sean Collier, tué le 18 avril dans sa voiture sur le campus du Massachusetts Institute of Technology (MIT), en banlieue de Boston, lui est également imputée.

Début du procès le 10 juillet

Le jeune homme avait été retrouvé le 19 avril grièvement blessé caché dans un bateau dans un jardin à Watertown, en banlieue de Boston. Son frère, Tamerlan Tsarnaev, avait été tué quelques heures plus tard lors d'une confrontation avec la police qui avait pris les frères en chasse.

Avant d'être arrêté, Djokhar avait écrit sur une des parois intérieures du bateau les raisons de son acte. "Le gouvernement américain tue nos civils innocents. Je ne peux pas supporter de voir ce mal rester impuni. Nous musulmans sommes un seul corps, vous faites du mal à l'un de nous, vous nous faites du mal à tous". Il doit comparaître devant le tribunal fédéral de Boston le 10 juillet.