C’est un élément-clé dans l'enquête, pourtant, l’incertitude plane toujours sur l’identité du "troisième homme" de l’aéroport de Bruxelles. Si son nom est encore inconnu, son look est, lui, bien identifié : c’est l'individu qui apparaît habillé de blanc et vêtu d’un chapeau, sur la vidéosurveillance de l’aéroport de Bruxelles, aux côtés des deux kamikazes, Ibrahim El Bakraoui et Najim Laachraoui.

► Un acteur des attentats de Bruxelles
Quelques instants avant l’explosion, il dépose un sac bourré d’explosifs, avant de prendre la fuite. Activement recherché depuis les attentats de Bruxelles, son ADN a été retrouvé dans un appartement de Schaerbeek, où les enquêteurs ont aussi retrouvé 15 kilos d’explosifs, 150 litres d’acétone, des détonateurs et des valises pleines de clous et de vis.

Un lien avec les attentats de Paris ?
Pour l’heure, seul son nom d’emprunt, Naim Al Hamed, permet aux enquêteurs de l’identifier. Si ce nom n’apparaissait pas dans l’enquête sur les attentats de Paris, il pourrait pourtant être directement lié aux événements du 13 novembre. Il se trouvait en effet à Ulm (Allemagne), où la voiture de Salah Abdeslam avait été localisée le 2 octobre 2015.

Mais ce n'est pas tout. Selon les enquêteurs qui ont analysé les images de la vidéosurveillance, il s’agirait "à 95%" de Mohamed Abrini. C'est-à-dire l’homme filmé aux cotés de Salah Abdeslam dans une station-service de l’Oise, à bord d’une Clio noire, deux jours avant les attentats de Paris. Cette même voiture était retrouvée abandonnée dans le 18e arrondissement de Paris, le 14 novembre. 

EN SAVOIR + >> Abrini, de petit commerçant à djihadiste

► Un ami de Salah Abdeslam
Troublant, notamment lorsque l'on sait que Mohamed Abrini et Salah Abdeslam se connaissent depuis plusieurs années. Autre élément rappelé par Le Monde, Naim Al Hamed, le nom d’emprunt de l’homme au bob, est arrivé en Europe le 20 septembre par l’île grecque de Léros. Or, Mohammed Abrini est justement soupçonné d’avoir séjourné en Syrie, avant de refaire surface juste avant les attentats de Paris. Il pourrait donc être passé avec les dizaines de milliers de migrants, par les îles grecques. 

EN SAVOIR +
>>Terrorisme : les connexions entre les attentats de Paris et de Bruxelles
>> François Hollande : le réseau des attentats de Paris et Bruxelles "en voie d'être anéanti"