Le Daguestan, région du Causasse russe, a de nouveau été frappé par un terrible attentat, après celui d'octobre dernier qui avait coûté la vie à 6 personnes dans un bus (voir la vidéo). Cette fois, la déflagration aurait fait au moins 14 victimes, selon un dernier bilan. Un comité anti-terroriste russe national a annoncé à l'agence Ria Novosti que l'explosion avait été provoquée par une kamikaze.

L'explosion s'est produite à l'intérieur de la gare vers 12h45 locales (08h45 GMT), a précisé à l'agence Itar-Tass une porte-parole du ministère régional de l'Intérieur, Svetlana Smolianinova. Selon Itar-Tass, l'explosion s'est déclarée près des détecteurs de métaux placés à l'entrée de la gare principale de la ville.

Une enquête pour "acte de terrorisme" a été ouverte

Des images de la télévision publique russe ont montré des fenêtres soufflées aux deux premiers étages du bâtiment de brique gris et de nombreuses ambulances se trouvaient devant l'entrée principale de la gare, au milieu de débris et de la neige. "Les premières indications révèlent que l'explosion a été déclenchée par une femme kamikaze", a déclaré le comité anti-terroriste russe national. Le porte-parole du comité d'enquête, Vadimir Markin, a déclaré que des responsables avaient lancé une enquête pour "acte de terrorisme" présumé.

En octobre dernier, une kamikaze originaire du Daguestan avait tué six personnes en se faisant exploser dans un autobus rempli d'étudiants à Volgograd. Et depuis 1999, la Russie a été frappée par une série d'attentats sanglants, plusieurs d'entre eux ayant été commis par des femmes kamikazes, surnommées les "veuves noires" et armes privilégiées de la rébellion islamiste. Ces précédents attentats avaient déjà soulevé des craintes quant à la sécurité aux Jeux Olympiques d'Hiver de Sotchi qui doivent se tenir en février.