Une décision qui va mettre fin à une omission qui faisait polémique. L'Elysée a annoncé jeudi 7 janvier à la famille d'Aurélie Châtelain, tuée en marge du projet d'attaque avorté d'une église à Villejuif en avril 2015, qu'elle recevrait la Légion d'honneur à titre posthume, a rapporté l'avocat de ses proches. La cérémonie devrait se tenir à Pâques.

Vingt victimes et héros des attentats de janvier 2015 à Paris et de la tentative d'attaque à bord du Thalys en août figuraient dans la promotion du 1er janvier, dont quinze à titre posthume. Mais, fait étonnant : pas Aurélie Châtelain, tuée par balle au matin du dimanche 19 avril 2015 à Villejuif (Val-de-Marne), où le djihadiste présumé Sid Ahmed Ghlam est soupçonné d'avoir voulu attaquer une église, un projet finalement avorté. Ce dernier a été mis en examen pour cet assassinat en relation avec une entreprise terroriste : son ADN avait été retrouvé dans la voiture de la victime, alors que du sang d'Aurélie Châtelain se trouvait sur la parka du djihadiste présumé.

EN SAVOIR + >> Légion d'honneur : Caudry réclame la distinction d'Aurélie Châtelain

Une passionnée de danse

L'absence de la jeune femme dans cette promotion a été dénoncée par sa famille, par le maire de Caudry (Nord) où elle vivait et par l'Association française des victimes du terrorisme (AFVT), qui s'interrogeait sur "des victimes de seconde classe". "Nous étions consternés de voir qu'elle n'y était pas. L'enquête doit encore déterminer son rôle précis, mais sa mort a très certainement évité un carnage à Villejuif", a estimé l'avocat de sa famille.

Aurélie Châtelain, 32 ans, était une passionnée de danse et de fitness. La jeune femme, habitante de Caury (Nord), était arrivée la veille au soir du drame en banlieue parisienne pour suivre un stage de formation à la méthode Pilates. "C'était un véritable rayon de soleil, un sourire éclatant inoubliable. Elle était débordante d'énergie, pétillante, rayonnante... La danse était sa vie, elle virevoltait de grâce au rythme de la musique", avait fait savoir le maire de sa commune à l'annonce de sa mort. La jeune femme était mère d'une petite fille de cinq ans.

A LIRE AUSSI
>> 
VIDEOS - De Charlie Hebdo à l'Hyper Cacher, ces trois jours qui ont ébranlé la France
>> 
PHOTOS - Attentat contre Charlie Hebdo : et vous, que faisiez-vous ce jour-là ?