Les caméras du monde entier sont braquées sur Boston depuis plusieurs heures. Un million de personnes a passé la journée enfermée chez elle à attendre, dans l'angoisse. Tous les transports ont été arrêtés, les magasins et les écoles fermées, tout survol d'avion interdit. Dehors, une chasse à l'homme considérable a lieu pour tenter de capturer Djokhar Tsarnaev, 19 ans, soupçonné avec son frère, tué la veille, d'être l'auteur des attentats du marathon de Boston lundi. Des centaines de policiers casqués, en tenue de combat, certains postés sur les toits, ont vérifié, maison après maison les rues de Watertown, dans la banlieue ouest de Boston, où s'était déroulée dans la nuit la traque des deux frères, dans une spectaculaire accélération de l'enquête. Ils ont ensuite étendu leurs recherches à toute la côte Est des Etats-Unis, le suspect pouvant avoir quitté le périmètre sécurisé. En tout, 9.000 hommes sont mobilisés. Des hélicoptères militaires ont même survolé la zone.

Djokhar Tsarnaev, dont une nouvelle photo a été publiée par la police de Boston vendredi, est considéré comme très dangereux. Ed davis, le chef de la police, a lancé : "Nous pensons que c'est un terroriste, un homme qui est venu ici pour tuer des gens". Les forces de l'ordre s'interrogent toujours sur la possibilité que les deux frères n'aient pas agi seuls tandis que la question du motif reste entière.

"Se rendre et demander pardon"

Ruslan Tsarni, l'oncle des frères d'origine tchétchène, a lancé un appel à son plus jeune neveu, lui demandant de se "rendre et demander pardon", s'il était encore vivant. Si le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est refusé à "spéculer" sur le lien que pourrait avoir l'attentat avec les origines tchétchènes des deux suspects, qui vivaient enfants au Kirghizstan, le président de Tchétchénie a souligné que les suspects n'avaient "pas vécu en Tchétchénie". "Ils ont vécu et étudié aux Etats-Unis (...) Ils ont forgé leurs opinions et convictions là-bas. Il faut trouver les racines du mal en Amérique", n'a pas manqué de dénoncer le chef de l'Etat.

Cette chasse à l'homme spectaculaire a débuté dans la nuit à Cambridge, sur le campus du Massachusetts Institute of Technology (MIT) à l'ouest de Boston. Alertée après des coups de feu, la police découvre un de ses confrères tué par balles dans sa voiture à 22h30. Elle apprend ensuite que les deux fuyards ont détourné une voiture en menaçant d'une arme son conducteur, qui sera libéré sain et sauf 30 minutes plus tard. Les deux frères lui auraient confié être les auteurs des attentats. La chasse à l'homme commence, alors qu'ils roulent à pleine vitesse en direction de Watertown, située encore plus à l'ouest de Boston. S'ensuivent des échanges de coups de feu nourri, durant lequel un policier est grièvement blessé. Durant cette poursuite Tamerlan Tsarnaev, sorti de la voiture, est mortellement blessé. Son frère prend la fuite en voiture.

Cette accélération spectaculaire dans l'enquête est intervenue moins de 12 heures après que le FBI eut diffusé des images des deux hommes et lancé un appel au public, pour qu'il l'aide à les identifier. "La situation évolue rapidement", a déclaré vendredi le gouverneur Deval Patrick. Boston retient son souffle.