A chaque attentat, la même interrogation : peut-on faire davantage pour se protéger de la menace terroriste ? Après les nouvelles attaques qui ont frappé Bruxelles, mardi 22 mars au matin, la droite n'a pas dérogé à la règle et a ressorti la machine à propositions à l'Assemblée nationale… Quitte à faire, dans certains cas, un peu de récupération politique. Et quand bien même la France a déjà, comme le rappelait Manuel Valls, récemment voté deux lois antiterroristes, deux lois sur le renseignement, conduit une réforme pénale et annoncé, mardi matin, d'importants renforts de police aux frontières et dans les gares. Voici quelques mesures proposées.

 Instaurer la perpétuité "réelle" pour les terroristes
La députée de l'Essonne Nathalie Kosciusko-Morizet a proposé d'instaurer une peine de perpétuité "réelle" pour les auteurs d'actes terroristes. Une perpétuité "effective et irrévocable", a complété l'élue lors des questions au gouvernement à l'Assemblée, c'est-à-dire que la condamnation ne pourrait être assortie d'aucune remise de peine ou libération conditionnelle. Sur son site Internet de candidate à la primaire de la droite, NKM a même pris le temps de lancer une pétition pour soutenir sa proposition. A l'Assemblée, Manuel Valls n'a pas fermé la porte, au contraire. "Je souhaite qu'ensemble, nous puissions avancer, y compris sur des mesures comme celle que vous proposez", a répondu le Premier ministre.

EN SAVOIR +
>> Xavier Bertrand y va de son petit couplet sur la perpétuité réelle et la peine de mort
>> Quand la pétition de NKM réveille les partisans de la peine de mort
>> La perpétuité réelle n'est pas applicable pour les terroristes
 >> En direct - Suivez les événements minute par minute
>> Attentats de Bruxelles : doit-on s'attendre à une réplique en France ?

 Interner tous les individus fichés S
C'est la proposition faite par Laurent Wauquiez, député LR et président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Pour ce dernier, il est nécessaire de mettre "hors d'état de nuire toutes ces personnes et sortir de l'angélisme". Le fichier S concerne les individus soupçonnés de participer, de près ou de loin, à des projets menaçant la sûreté du pays, et placés sous surveillance à ce titre. La proposition de Laurent Wauquiez est loin de faire l'unanimité à droite, indique à metronews un député LR qui y voit une "surenchère". Une variante du député de Paris Philippe Goujon propose de mettre sous bracelet électronique ces mêmes individus fichés S. Des propositions réalistes ? Parmi les quelque 10.000 fichiers (d'après les chiffres fournis par Manuel Valls fin 2015), certains sont constitués sur la base "d'un simple renseignement non recoupé". Pas facile d'interner tout le monde dans ces conditions.

 Mettre des portiques partout
Philippe Goujon, secrétaire national LR à la sécurité, a remis sur le tapis les propositions visant à renforcer la sécurité dans les transports. Dans sa besace : la généralisation des portiques de sécurité dans les gares – demande déjà formulée dans sa famille politique par Valérie Pécresse –, le renforcement de la vidéoprotection, le "criblage" des personnels (possibilité de lancer des enquêtes administratives en cas de soupçon, déjà prévue en réalité par la nouvelle loi sur la fraude) ou encore les fouilles étendues des bagages.

 Attaquer les constructeurs de téléphones cryptés
Autre proposition avancée par Philippe Goujon, celle d'engager des poursuites contre les fabricants de téléphones cryptés, matériel notamment utilisé par les terroristes pour préparer les attentats. Le député vise notamment "Apple et Google, qui refusent de coopérer avec la justice".

 Créer une alliance avec la Russie
Alors que Vladimir Poutine vient d'entamer le retrait de ses troupes de Syrie, certains, à droite, vantent encore les bienfaits d'une alliance franco-russe dans la guerre contre le groupe Etat islamique en Syrie. "La Russie a démontré le plus de volonté dans la guerre contre Daech", estime Eric Ciotti. "Il faut cette alliance avec la Russie, et mettre de côté la problématique de Bachar el Assad", juge le député LR des Alpes-Maritimes.

 Créer un "Guantanamo européen"
Pour isoler les auteurs d'actes terroristes, Nicolas Dupont-Aignan (DLF) a de son côté ressorti sa proposition de créer un "Guantanamo européen". Le député souverainiste avait déjà proposé par le passé de rouvrir le bagne de Cayenne.

EN SAVOIR + >> Peine de mort, bagne... quand les politiques se lâchent contre les djihadistes

 Attaquer la loi El Khomri… sur le travail
Eric Ciotti a trouvé le moyen, en parlant des mesures antiterroristes, d'attaquer la réforme du Code du travail de Myriam El Khomri. Dans la foulée de Jean-François Copé – qui a lancé une pétition sur le sujet –, le député des Alpes-Maritimes s'en est pris tout particulièrement à l'article 6 de cette loi qui mentionne la liberté du salarié d'exprimer ses convictions religieuses. "Une faute majeure", assène Eric Ciotti à l'aune des attentats de Bruxelles, pour qui "la loi va multiplier les salles de prières dans les entreprises". Pour le député, il faut "lutter contre le communautarisme", car "il y a aussi des Molenbeek en France".

Malgré tout, "l'opposition est aux côtés du gouvernement", assure le député de la Manche Philippe Gosselin, pour qui ces propositions font partie du jeu. "Attention toutefois à la surenchère, à l'escalade de propositions", tempère l'élu. "Ce qu'il faut surtout, c'est un inventaire complet des mesures qui ont déjà été prises. Pour le reste, il ne faut pas leurrer l'opinion et bien faire comprendre que l'on restera, dans tous les cas, vulnérable à ce type d'attaque". Chez Hervé Mariton, candidat à la primaire chez Les Républicains, pas de surenchère non plus. "Il y a un arsenal, il faudra surtout veiller aux éventuels aménagements à apporter en matière de renseignement". Le député PS Patrick Mennucci résume ainsi l'équation : "La sécurité sur le territoire est déjà maximale. Il faut maintenant aller chercher l'Etat islamique là où il est, sur le terrain".