Il avait été annoncé par de nombreux médias comme étant en fuite. Puis arrêté. Avant que plusieurs sources ne démentent son arrestation auprès de metronews. Najim Laachraoui, suspecté par les polices belges et françaises d'avoir coordonné les attentats de Paris et de Bruxelles a été identifié comme le deuxième kamikaze de l'aéroport de Bruxellles, annoncent le journal flamand De Standaard et Le Monde. Il s'est donc fait sauter en même temps qu'Ibrahim El Bakraoui. Cette information, confirmée auprès de l'AFP par des sources policières, ne l'a pas été par le parquet fédéral belge. Ces derniers dénouements font suite aux prélèvements ADN réalisés à l'aéroport.

EN SAVOIR + >> Qui sont les frères El Bakraoui, passés du grand banditisme au terrorisme ?

Le jeune homme de 24 ans est considéré comme l'artificier des attaques parisiennes, sa trace d'ADN ayant été retrouvée sur des explosifs. Présenté par nos sources policières comme un "individu très dangereux", il était présent à l'aéroport de Bruxelles. En atteste la photographie issue des images de vidéosurveillance du site. Une source proche de l'enquête a précisé à metronews que Najim Laachraoui était l'individu à gauche sur la photo de l'appel à témoin. Il reste donc un troisième individu, celui de droite vêtu d'un chapeau, actuellement en fuite.

Un nom connu dès 2009

Le nom de cet individu était apparu dès 2009 sur les radars des services de renseignement. C'est l'attentat du Caire au cours duquel une Française, Cécile Vannier, qui a permis de faire ressortir le nom de cet individu. Il est apparu que son nom faisait partie des contacts téléphoniques d'un des protagonistes de l'attentat.

Le Belge se serait par ailleurs rendu en Egypte en même temps que Fabien Clain, l'homme qui a revendiqué les attentats de Paris au nom de Daech. Il aurait aussi croisé la route d'un certain Farouk Ben Abbes, soupçonné dans un premier temps de vouloir préparer un attentat contre le Bataclan, avant de bénéficier un non-lieu. Ce dernier a été condamné, lundi 21 mars, à trois mois de prison ferme pour avoir violé son assignation à résidence dans le cadre de l'état d'urgence.

EN SAVOIR + >> Ce n'est pas Laachraoui qui a été interpellé le 23 mars à Bruxelles