C'est un banal contrôle routier effectué le 31 juillet 2015 à Saint-Louis (Haut-Rhin). À bord d'une Renaud Mégane louée dans la banlieue de Bruxelles, Salah Abdeslam. Il n'est pas encore l'homme le plus recherché d'Europe. Selon Le Parisien, qui révèle cette information, le futur terroriste présumé des attentats de Paris a ainsi fait l'objet d'un contrôle routier à la croisée des frontières allemande et suisse.

En compagnie d'Ahmed Dahmadi

Les douaniers français ont réclamé ses papiers et Salah Abdeslam leur a fourni sa carte d'identité, puis une adresse, le 30, place Communale à Molenbeek, où il réside avec sa famille. Alors en règle, il est invité à reprendre sa route. Il fait ensuite l'objet d'un nouveau contrôle, le lendemain, qui permet d'établir son trajet : la Mégane embarque dans un bateau à Bari (Italie) à destination de Patras (Grèce). Salah Abdeslam est alors accompagné d'Ahmed Dahmani. Arrêté en Turquie, ce dernier est soupçonné d'avoir participé au repérage des cibles des attaques à Paris.

Ensemble, les deux hommes feront le trajet inverse trois jours plus tard. Le but de ce voyage éclair de quelque 1700 km entre la Belgique et l'Italie reste pour l'heure un mystère. La semaine dernière, le journal belge La Dernière Heure avait révélé que le suspect clé des attentats toujours en fuite était resté caché durant 20 jours dans un appartement de Schaerbeek, en région bruxelloise. Il aurait quitté sa planque le 4 décembre dernier.

EN SAVOIR +
>> Le désarroi de l'ex-entraîneur de boxe d'Ahmed Dahmani, ce Belge soupçonné d'avoir "repéré" les lieux des attentats
>> Les terroristes voulaient-ils frapper des centrales nucléaires belges ?
>> Notre dossier spécial sur les attentats du 13 novembre