Elle avait le diable au corps. Vendredi soir, les cris d'une femme ont déchiré la nuit dans la tranquille commune de Limoux dans l'Aude. Ils provenaient de l'église évangélique la Délivrance, dans le quartier Saint-Antoine. Effrayé, le voisinage, craignant qu'un meurtre ne soit en train d'être commis dans le lieu cultuel, a immédiatement alerté la maréchaussée.

Celle-ci, promptement arrivé sur place, a découvert que ces hurlements n'étaient pas le fait d'une victime qu'on égorge, mais d'une fidèle réunionnaise en pleine séance d'exorcisme. Séance qui a d'ailleurs prouvé son efficacité puisque les gendarmes ont pu constater que la femme remerciait le Seigneur de l'avoir délivrée du malin.

"Aspergée de sang"

Interrogé par Le Parisien, le pasteur évangélique a expliqué la démarche purificatrice : "J'ai commencé à chasser le malin d'une femme qui avait été aspergée de sang à La Réunion et qui était possédée. […] C'était mon rôle de la libérer, les médecins l'auraient mis en hôpital psychiatrique." Il ne s'agissait somme toute que d'un banal exorcisme.

La gendarmerie ne s'y est pas trompée en commentant ainsi son intervention : "On n'a pas interpellé le démon et le démon n'a tué personne."